« Ce chantier est une ca­tas­trophe »

Fran­çois, 53ans, co­pro­prié­taire au­grand- Phé­nix

Le Parisien (Paris) - - Economie - B. M.

« Tous les ap­par­te­ments de­vaient être li­vrés dé­but 2007, nous de­vions re­ce­voir les pre­miers loyers… » Comme 177 autres co­pro­prié­taires, Fran­çois Merle at­tend tou­jours. Cet an­cien éle­veur a tou­jours l’es­poir de voir ar­ri­ver un jour ses pre­miers lo­ca­taires. Ce qui met­trait fin à sept longues an­nées de pé­ri­pé­ties ju­di­ciaires. En 2006, avec sa femme Jo­siane, Fran­çois est sé­duit. « Sur les plans, tout pa­rais­sait très bien, se sou­vient Fran­çois. Nous avions donc ache­té un T4 pour 152 000 € TTC. Les loyers de­vaient cou­vrir les rem­bour­se­ments de l’em­prunt. » Mais le chantier, mi­né par la dé­cou­verte de tra­vailleurs clan­des­tins, par d’in­nom­brables mal­fa­çons et des ar­ti­sans non payés, ne se­ra ja­mais ter­mi­né. « Le pro­mo­teur était dé­faillant. Des bal­cons ont cé­dé sous la neige. Cer­tains ap­par­te­ments étaient même squat­tés par des ou­vriers. De­puis le dé­but, ce chantier a été une vé­ri­table ca­tas­trophe » , ré­ca­pi­tule Fran­çois. « Compte te­nu des in­té­rêts d’em­prunt et des dé­penses en frais d’avo­cat, j’ai dé­jà en­glou­ti plus de 215 000 € » , es­time- t- il.

Su­per Lio­ran ( Can­tal), le 27 jan­vier. Fran­çois et Jo­siane Merle ont dé­jà dé­pen­sé plus de 215000 € pour un T4 qui n’a ja­mais été construit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.