« Cet­tean­née, c’est plus im­pres­sion­nant »

Pas­cal Sca­vi­ner, mé­téo­ro­logue

Le Parisien (Paris) - - Société - Pro­pos recueillis par H. H.

Res­pon­sable du ser­vice pré­vi­sions de Mé­téo Con­sult, Pas­cal Sca­vi­ner re­vient sur Pe­tra et les in­tem­pé­ries qui ont tou­ché la France ces der­nières se­maines. La tem­pête Pe­tra, qui a frap­pé le Fi­nis­tère mar­di, a été très forte... PAS­CAL SCA­VI­NER. On a bat­tu les re­cords des der­nières se­maines. En mer d’Iroise, sur la pointe du Fi­nis­tère, les vents ont at­teint jus­qu’à 155 km/ h et les vagues 19 mde haut. Le week- end der­nier sur l’île de Sein, elles n’avaient pas dé­pas­sé 12 m. Ces hau­teurs gi­gan­tesques sont dues à des vents tem­pé­tueux ve­nus du Sud, as­so­ciés à une forte houle d’Ouest. Pour­quoi les in­tem­pé­ries se sont- elles mul­ti­pliées de­puis le pas­sage de Dirk à Noël ? Elles pro­fitent d’un contexte favorable lié à deux phé­no­mènes mé­téo­ro­lo­giques. D’un cô­té, un vaste sys­tème dé­pres­sion­naire qui touche l’At­lan­tique Nord avec des dé­pres­sions cir­cu­lant de l’At­lan­tique vers l’Eu­rope de l’Ouest. De l’autre, un an­ti­cy­clone qui reste blo­qué de­puis plu­sieurs se­maines sur la Rus­sie. Il mo­di­fie la tra­jec­toire des dé­pres­sions et les ren­force. Est- ce un phénomène nou­veau ? Il n’est pas in­ha­bi­tuel d’avoir de fortes pluies et des tem­pêtes en jan­vier. Mais cette an­née, c’est plus im­pres­sion­nant. On a bat­tu des re­cords de cu­mul de pré­ci­pi­ta­tions men­suelles dans le Sud- Est, no­tam­ment à Nice.

On a bat­tu des re­cords”

Les pré­ci­pi­ta­tions sont plus in­tenses dans le Var ou les Alpes- Ma­ri­times. Dans les Landes et les Py­ré­nées- At­lan­tiques, les pluies sont moins fortes mais plus fré­quentes. Pour l’ins­tant, on manque en­core de re­cul pour dire si l’on tra­verse une pé­riode ex­cep­tion­nelle. Les tem­pé­ra­tures ont été douces en jan­vier avec en moyenne 2,7o C de plus que les nor­males sai­son­nières. Cette hausse a- t- elle un rap­port avec ces in­tem­pé­ries ? Oui, mais elle ne les a pas pro­vo­quées, c’est plu­tôt une consé­quence. L’an­ti­cy­clone qui stagne au- des­sus de la Rus­sie fa­vo­rise la cir­cu­la­tion des vents de Sud- Ouest qui ra­mènent une masse d’air chaud ve­nu des la­ti­tudes tro­pi­cales. D’où l’aug­men­ta­tion des tem­pé­ra­tures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.