« Une­mé­daille… en2018 »

Ski­de­bosses Per­ri­ne­laf­font, 15 ans, ben­ja­mi­ne­del’équi­pe­de­france

Le Parisien (Paris) - - Jeux Olympiques D'hiver - SOT­CHI ( RUS­SIE) De notre en­voyé spé­cial Pro­pos recueillis par ÉRIC BRUNA

LA 15 ans et 3 mois, la skieuse de bosses Per­rine Laffont est la ben­ja­mine de la dé­lé­ga­tion tri­co­lore. « Pro­gram­mée » pour les JO de Pyeong­chang ( Co­rée du Sud) en 2018, l’ado­les­cente à l’ac­cent chan­tant de La­ve­la­net ( Ariège) se­ra en piste dès cet après- mi­di ( 14 heures fran­çaises), avant une autre séance sa­me­di. Com­ment ap­pré­hen­dez­vous les Jeux ? PER­RINE LAFFONT. ( Sou­rire.) Je le prends très bien. Je suis as­sez mûre pour mon âge. Je sais que ce n’est pas « nor­mal » de faire des JO à 15 ans, mais j’ai eu de très bons ré­sul­tats et c’est lo­gique que j’y sois. C’est ma­gique. Que re­pré­sentent les JO pour vous ? C’est un truc énorme. For­cé­ment, je n’ai pas beau­coup d’images en tête, mais je me sou­viens que je re­gar­dais Gui­bault Colas ( NDLR : skieur de bosses éga­le­ment pré­sent à Sot­chi). J’avais 11 ans, je rê­vais de ça, mais je n’au­rais ja­mais pen­sé que ce­la vienne si vite. Mon ob­jec­tif, c’est d’ob­te­nir une mé­daille… en 2018. Comme ça, quand j’ar­ri­ve­rai là- bas, je saurai ce qu’est l’am- e c a l e n d r i e r olym­pique est ain­si f ait… A l’image du foot­ball aux JO d’été, quatre com­pé­ti­tions com­mencent dès au­jourd’hui, vingt- quatre heures avant la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture des 22es JO d’hi­ver. Le pa­lais des sports de glace Ice­berg re­çoit les pro­grammes courts hommes et couples dans la nou­velle épreuve de pa­ti­nage ar­tis­tique par équipes. Le parc ex­trême de Rosa Khu­tor, lui, ac­cueille les séances de pré­qua­li­fi­ca­tions de snow­board slo­pe­style hommes et femmes et de ski de bosses femmes. biance et com­ment gé­rer au ni­veau men­tal. A Sot­chi, j’ai­me­rais en­trer en fi­nale ( NDLR : dans le top 20 mon­dial). Une pre­mière phase de qua­li­fi­ca­tion a lieu au­jourd’hui, une autre sa­me­di. N’êtes­vous pas triste de ra­ter la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture ? Mais je compte bien y al­ler, à la cé­ré­mo­nie ! La com­pète est sa­me­di après- mi­di, et j’au­rai le temps de me re­po­ser le ma­tin. Pour mes pre­miers Jeux, je ne vais quand même pas lou­per ça. J’ai hâte de dé­fi­ler pour la France de­vant des mil­liers de per­sonnes, au mi­lieu des ath­lètes. C’est in­croyable. Com­ment vos proches ré­agissent- ils ? Je n’aime pas trop par­ler de ça avec mes pa­rents ( NDLR : sa mère est res­pon­sable de la com­mis­sion free­style au co­mi­té ré­gio­nal de la FFS et son père a été son coach). Dé­jà, je ne veux plus que mon père m’en­traîne, c’est sûr ! A la mai­son,

Les JO, c’est un truc énorme”

on parle bosses, mais quand ils me disent de faire ce­ci ou ce­la pour pro­gres­ser, ça m’énerve. Pen­dant les Jeux, je ne de­vrais pas beau­coup les voir, donc ça ira ! ( Rire.) J’aime mon in­dé­pen­dance. nLes pa­ti­neurs ar­tis­tiques fran­çais entrent éga­le­ment en lice au­jourd’hui ( 16 h 30) à l’oc­ca­sion de la com­pé­ti­tion par équipes, nou­vel­le­ment créée. Le pre­mier sur la glace se­ra le cham­pion d’Eu­rope 2011, Florent Amo­dio, en­ga­gé sur le pro­gramme court, sui­vi du couple Va­nes­sa James- Mor­gan Ci­près, 5e lors des Eu­ros en jan­vier.

( AFP/ Franck Fife.)

Parc Ex­trême ( Rosa Khu­tor), hier. Per­rine Laffont à l’en­traî­ne­ment avant la séance

de pré­qua­li­fi­ca­tion de ski de bosses, pré­vue au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.