Tou­jours vert, le « Sol­da­trose »

Le Parisien (Paris) - - Loisirs Et Spectacles - ÉRIC BU­REAU

Le Tria­non ( Pa­ris XVIIIe), 18 heures. Il y a pile trois se­maines, les filles de 8 à 12 ans se bat­taient pour voir « Vio­let­ta » en chair et en os. Hier, c’était au tour des en­fants de 7 à 77 ans de jouer des coudes pour chan­ter avec le « Sol­dat Rose2 » , Tho­mas Du­tronc, et tous les ar­tistes ( sauf Gad El­ma­leh) de ce disque pour le­quel ils ont re­çu un disque de pla­tine ( 100 000 ventes) en cou­lisses. Sept ans après le « Sol­dat Rose 1 » au Grand Rex, il n’a fal­lu que le temps d’un des­sin ani­mé pour écou­ler les 2 000 places de ces deux re­pré­sen­ta­tions pa­ri­siennes. A l’heure du goû­ter, hier après- mi­di, les com­potes de pomme étaient en ébul­li­tion lorsque Isa­belle Nan­ty est ap­pa­rue au pied de la scène en robe jaune, pour nar­rer la suite de ce conte mu­si­cal ma­gique ima­gi­né et écrit par Pierre- Do­mi­nique Bur­gaud. Bonne pioche, la co­mé­dienne était ac­com­pa­gnée de Lee­roy, ex­pert en brui­tages et blagues bien sen­ties. Car, pre­mière oblige, la joyeuse conteuse a par­fois glis­sé sur les mots ci­se­lés de Bur­gaud et le duo s’en est tou­jours sor­ti par d’amu­santes pi­rouettes. Tout comme le seul chan­teur « res­ca­pé » du pre­mier opus, le Gar­dien de nuit Francis Ca­brel, qui a écrit toutes les mu­siques de cet opus 2, a ra­té son en­trée sur scène en se trom­pant de to­na­li­té avec les cinq mu­si­ciens et deux cho­ristes. nBien­tôt Mais c’était bien le seul couac de ce concert plein de bonnes vi­bra­tions — les fils Sou­chon dé­gui­sés en ca­nards de bains fai­sant chan­ter la salle, avec leur père tout sou­rire, les ap­pa­ri­tions de la sculp­tu­rale He­le­na No­guer­ra et

dif­fu­sé sur Gul­li

le fu­rieux so­lo d’air gui­tar d’Elodie Fré­gé pro­vo­quant des tor­ti­co­lis chez les pa­pas — et de belles chan­sons, « la Sieste » de Té­té, « les Boîtes » de Ca­me­lia Jor­da­na, « la Cou­leur » de Re­nan Luce, « le Blues du rose » et « Ami à ja­mais » de Tho­mas Du­tronc… La trans­crip­tion scé­nique du « Sol­dat Rose 2 » était sobre mais élé­gante, avec des écrans re­pre­nant les des­sins du li­vret, co­lo­rée mais ca­drée. Car le spec­tacle était fil­mé pour une dif­fu­sion au ci­né­ma le 11 avril, sui­vie d’un pas­sage sur Gul­li et d’une sor­tie en DVD avant l’été. Mais ni la troupe ni le pu­blic n’avaient en­vie de par­tir et le fi­nal cho­ral sur la chan­son amou­reuse de Laurent Voul­zy, « Un jour quel­qu’un vous em­brasse » , pro­lon­gée par une chaîne hu­maine de bi­sous, fut un ré­gal. Treize chan­teurs, comme un portebonheur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.