Yo­han, l’autre Fran­çais porte- dra­peau

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - SOT­CHI ( RUS­SIE) E. B.

e soir, dans le grand stade olym­pique Fi­sht de Sot­chi, Yo­han Goutt Gon­calves, 19 ans, risque de se sen­tir un peu seul sous la ban­nière noir, jaune et rouge or­née d’une étoile blanche du Ti­mor- Orien­tal. Contrai­re­ment à Ja­son La­my- Chap­puis, choi­si par­mi des pairs, le skieur fran­co- ti­mo­rais, unique ath­lète re­pré­sen­tant de cette pe­tite ré­pu­blique dé­mo­cra­tique d’Asie du Sud- Est ( 1,2 mil­lion d’ha­bi­tants), n’a en ef­fet guère eu de mal à s’im­po­ser comme porte- dra­peau d’une na­tion in­dé­pen­dante de­puis 2002 et qui par­ti­cipe pour la pre­mière fois aux Jeux d’hi­ver. Comme la Do­mi­nique, Malte, le Pa­ra­guay, le To­go, les îles Ton­ga et le Zim­babwe. Après avoir pas­sé l’hi­ver à sla­lo­mer après les points FIS né­ces­saires pour va­li­der son billet russe, le Pa­ri­sien, étu-

Cdiant à Cré­teil, va réa­li­ser un rêve qu’il ca­resse de­puis l’âge de huit ans. « Ça va faire bi­zarre d’être tout seul comme spor­tif ( NDLR : il au­ra quelques of­fi­ciels ti­mo­rais avec lui) quand on voit les dé­lé­ga­tions russe ou amé­ri­caine… Mais quand je re­gar­dais les JO à la té­lé, je m’y voyais dé­jà, ex­plique Yo­han, dont la voie olym­pique s’est tra­cée dès l’en­fance. Et il a tou­jours été clair que ce se­rait pour re­pré­sen­ter le Ti­mor. Ma mère a fui le Ti­mor lors de l’in­va­sion in­do­né­sienne en 1974 mais elle m’a trans­mis, une culture, une langue, un hé­ri­tage. » Et voi­là com­ment Yo­han, unique membre ac­tif d’une fé­dé­ra­tion ti­mo­raise de ski créée par sa fa­mille et des amis, se­ra le sym­bole hi­ver­nal d’un pays… qui n’a ja­mais vu la neige.

( DR.)

Le skieur fran­co- ti­mo­rais Yo­han Goutt Gon­calves est l’unique re­pré­sen­tant de cette pe­tite ré­pu­blique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.