Qui­sont­lesGi­lets­jaunes ?

Les­mem­bres­du­col­lec­tif contre la ré­for­medes rythmes sco­laires mo­bi­lisent au­jourd’hui et de­main. Ces pa­rentsd’élèves très en­co­lère se re­con­naissent en por­tan­tun­gi­let jaune, un­mou­ve­ment­né grâce auWeb.

Le Parisien (Paris) - - Société - VÉ­RO­NIQUE MARIBON- FERRET

Sur leur page Fa­ce­book, les pa­rents s’échangent les bons plans pour ache­ter des gi­lets jaunes pas cher. « Dans les 3 € chez Ikea » , sug­gère Flo, et « 2,90 chez No­rau­to » , écrit une autre. « Je peux en don­ner un » , offre Ka­tia. C’est elle qui a sug­gé­ré cette idée ves­ti­men­taire pour pro­tes­ter après les couacs de la ren­trée à Ris- Oran­gis ( Es­sonne), une com­mune qui ve­nait de pas­ser à la se­maine de 4,5 jours. Les membres du col­lec­tif contre la ré­forme des rythmes sco­laires, re­vê­ti­ront ces gi­lets fluo lors de deux ac­tions : un boy­cott des écoles au­jourd’hui et des ma­ni­fes­ta­tions de­main dans des di­zaines de villes.

Elodie Bé­rillac, 31 ans et trois en­fants, est la co­or­don­na­trice de ces pa­rents en guerre contre les nou­veaux rythmes. « Avant ma pre­mière fille, j’étais com­mer­ciale et j’avais une vie ef­fré­née. Après, j’ai choi­si mon rythme de vie par rap­port à ma fa­mille, ex­plique la jeune femme de­ve­nue as­sis­tante ma­ter­nelle à do­mi­cile. Alors là, qu’un M. Peillon me dise qu’il qu’il va chan­ger le rythme de ma fa­mille, de mes en­fants, ce n’est pas pos­sible » , s’en­flamme- elle.

Dès l’an­nonce du chan­ge­ment, en fé­vrier 2013, elle tente de ral­lier à sa grogne des ma­mans de son village de l’Oise, Cri­solles. « Cette ré­forme n’est pas te­nable, no­tam­ment en mi­lieu ru­ral, ar­gu­mente- t- elle. Nous n’au­rons pas d’ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires pour nos en­fants mais une gar­de­rie. » Tê­tue, elle crée le 8 fé­vrier 2013 une page Fa­ce­book où les pa­rents mé­con­tents dis­cutent. « J’ai uti­li­sé cette arme de com­mu­ni­ca­tion, en es­pé­rant juste avoir un pe­tit groupe de par­ti­ci­pants » , se sou­vient- elle. La page af­fiche plus de 44 000 « J’aime » . Au­tant de pa­rents vi­gies qui re­pèrent les dys­fonc­tion­ne­ments dans les écoles qui ont chan­gé de rythmes ou les dif­fi­cul­tés de celles qui les adop­te­ront en sep­tembre.

nUne jour­née na­tio­nale de mo­bi­li­sa­tion mi- mars

De­main, Ch­ris­tian Schoet­tl, le maire ( NC) de Jan­vry, en Es­sonne, par­ti­ci­pe­ra à la ma­nif de­vant la pré­fec­ture d’Evry, ac­com­pa­gné de deux dro­ma­daires, avec des gi­lets jaunes sur la bosse. Lo­ca­le­ment, des profs du SNE ( Syn­di­cat na­tio­nal des écoles) « ont pro­po­sé leur aide, sou­ligne Elodie. Il y a des dis­cus­sions, par exemple à Beau­vais, avec le Snuipp lo­cal. A Cher­bourg, dans l’Eure, à Arles, à Nîmes, FO a contri­bué à l’or­ga­ni­sa­tion de la ma­nif. Ailleurs, dans l’Est, des pa­rents de la PEEP ont don­né un coup de main. » Au Snu­di- FO, on confirme se joindre au mouvement qui ré­clame comme lui « la sus­pen­sion de l’amé­na­ge­ment des rythmes et l’abro­ga­tion du dé­cret Peillon » . Elodie Bé­rillac a aus­si dis­cu­té avec Valérie Mar­ty, la pré­si­dente de la PEEP, une des prin­ci­pales as­so­cia­tions de pa­rents d’élèves. « J’ai vu gros­sir ce mouvement, ra­conte- telle. Ça ne m’étonne pas. Nous, nous sommes op­po­sés au boy­cott et plu­tôt que l’aban­don, nous sou­hai­tons un ré­amé­na­ge­ment des rythmes. »

Les Gi­lets jaunes clament leur in­dé­pen­dance. De­puis fin jan­vier, ils se sont consti­tués en as­so­cia­tion, pré­si­dée par… Elodie Bé­rillac, qui se penche dé­jà sur l’or­ga­ni­sa­tion d’une jour­née na­tio­nale, mi- mars contre « l’ab­surde ré­forme des rythmes » . En un an, le sien a bien ac­cé­lé­ré. A l’au­tomne, les Gi­lets jaunes en­vi­sagent de pré­sen­ter des listes lors des élec­tions de pa­rents d’élèves.

( LP/ Ré­gis Lefevre.)

Noyon ( Oise), le 30 no­vembre 2013. Elodie Bé­rillac est à l’ori­gine de la mo­bi­li­sa­tion des Gi­lets jaunes, ces pa­rents qui se battent contre la ré­forme des rythmes sco­laires. La page Fa­ce­book du mouvement af­fiche plus de 44 000 « J’aime » et une as­so­cia­tion vient même de se consti­tuer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.