En­fants­dis­pa­rus­del’Isère: troi­sen­quê­tes­re­fer­mées

Le Parisien (Paris) - - Faitsdivers - JEAN- MARC DUCOS

La cel­lule d’en­quête Mi­neurs 38 vit sans doute ses der­nières heures. Les juges d’ins­truc­tion de Gre­noble ( Isère) ont dé­ci­dé de re­fer­mer par un non- lieu trois de ses dos­siers : les dis­pa­ri­tions in­ex­pli­quées de Lu­do­vic Jan­vier en mars 1983, de Cha­ra­zed Ben­douiou en juillet 1987 et la ten­ta­tive d’ho­mi­cide sur Gré­go­ry Du­brulle en juillet 1983. Un non­lieu ren­du « faute d’avoir iden­ti­fié l’au­teur des faits » .

Cette cel­lule d’in­ves­ti­ga­tions avait été mise en place en 2008 pour ten­ter de ré­soudre six meurtres d’en­fants, trois dis­pa­ri­tions et une ten­ta­tive d’ho­mi­cide.

En juillet 2013, les gen­darmes de Mi­neurs 38 étaient par­ve­nus à mettre en cause un sus­pect pour les meurtres de Sa­rah Siad, 6 ans, en 1991, et de Saï­da Berch, en no­vembre 1996, deux en­fants ori­gi­naires de Vo­reppe. Leur meur­trier pré­su­mé était un voi­sin, George Pouille, 38 ans, qui a avoué.

« Alors que l’achar­ne­ment des en- quê­teurs, et le nôtre aus­si, a per­mis d’iden­ti­fier un au­teur pré­su­mé pour ces deux ho­mi­cides, on re­ferme au­jourd’hui trois dos­siers. Ce mé­pris est in­dé­cent pour les fa­milles de vic­times mais aus­si pour l’ins­ti­tu­tion ju­di­ciaire » , s’in­surgent d’une même voix Mes Di­dier Se­ban et Co­rinne Herr­mann, avo­cats des fa­milles. « Stu­pé­faits » , ils at­tendent tou­jours « d’être re­çus par les ma­gis­trats ins­truc­teurs » . « Il y a comme un cli­mat hos­tile à Gre­noble sur cer­tains dos­siers » , as­sène Me Di­dier Se­ban, al­lu­sion à des re­fus suc­ces­sifs d’en­quê­ter et des re­la­tions conflic­tuelles avec des ma­gis­trats.

nUn rap­pro­che­ment entre deux dos­siers

Mais sur­tout, cette dé­ci­sion est, se­lon les deux avo­cats, une hé­ré­sie, car d’autres en­quêtes pour­raient trou­ver une is­sue. Les gen­darmes ont de­puis long­temps ef­fec­tué un rap­pro­che­ment entre deux autres dos­siers confiés à Mi­neurs 38 : ce­lui de Fa­bri- ce La­doux, en­le­vé en jan­vier 1989, et ce­lui de Gré­go­ry Du­brulle, kid­nap­pé en juillet 1983, et unique res­ca­pé de cette sé­rie dans l’Isère. Ces deux gar­çons ont été re­trou­vés dans des dé­charges. Le pre­mier à Quaix- enC­har­treuse, le se­cond à Pom­mier- laP­la­cette, deux sites proches. Tous les deux pré­sen­taient des traces de coups à la tête et ont été étran­glés. Uni­té de lieu ( le mas­sif de la Char­treuse), même mode opé­ra­toire. Les gen­darmes sont per­sua­dés d’avoir af­faire à un sus­pect unique. « Des si­mi­li­tudes, mais pas de pro­fil type. Il ne manque pas grand- chose pour le trou­ver. Un peu de chance sans doute » , ad­met une source ju­di­ciaire. Et les en­quê­teurs dis­posent de traces gé­né­tiques re­trou­vées sur les liens qui en­ser­raient Fa­brice La­doux.

« Et on vou­drait ou­blier ces dos­siers en­core une fois ! Ce n’est pas ac­cep­table » , ajoute Me Se­ban, re­mon­té contre la fin pro­bable de Mi­neurs 38.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.