La­bri­ga­de­de­po­li­ces­pé­cia­li­sée en­treen­ga­re­duNord

Tra­fic de­crack, mar­chés clan­des­tins, men­di­ci­téa­gres­sive: 25agents sont­char­gés, de­puis hier, de­pa­trouiller­dansle sec­teur­de­la­ga­re­duNord.

Le Parisien (Paris) - - Le Journal De Paris - BE­NOIT HASSE

At­ten­tion à ne pas se trom­per de sigles… Les abords de la gare du Nord se trou­vaient dé­jà entre deux ZSP ( zones de sé­cu­ri­té prio­ri­taires) : celle du XVIIIe lan­cée fin 2012 et celle du XIXe mise en place dé­but 2013. De­puis hier, le sec­teur dif­fi­cile dis­pose aus­si de sa BST : une bri­gade spé­cia­li­sée de ter­rain dont les 25 membres ont of­fi­ciel­le­ment pris leurs fonc­tions au com­mis­sa­riat du Xe ar­ron­dis­se­ment.

Vous de­vrez lut­ter contre les dé­lits qui donnent une mau­vaise image de la ca­pi­tale aux

tou­ristes” Ber­nard Bou­cault, le pré­fet de po­lice

« Votre feuille de route est très claire » , leur a in­di­qué le pré­fet de po­lice, Ber­nard Bou­cault, ve­nu ins­tal­ler la nou­velle bri­gade en com­pa­gnie du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, Fran­çois Mo­lins. « Vous de­vrez avant tout être vi­sibles… Et vous de­vrez lut­ter contre les dif­fé­rents dé­lits de voie pu­blique qui donnent une mau- vaise image de la ca­pi­tale aux tou­ristes ar­ri­vant à la gare du Nord et qui pour­rissent la vie des ha­bi­tants du quar­tier. » Ces phé­no­mènes d’oc­cu­pa­tion de l’es­pace pu­blic, le pé­ri- mètre d’in­ter­ven­tion de la BST ( es­sen­tiel­le­ment lo­ca­li­sé sur le Xe mais in­té­grant éga­le­ment quelques rues du XVIIIe et du XIXe) n’en manque pas : men­di­ci­té agres­sive, in­ci­vi­li­tés et vols sur le par­vis de la gare ; tra­fic et consom­ma­tion de crack au­tour de l’hô­pi­tal La­ri­boi­sière ; mar­chés clan­des­tins sous le mé­tro du bou­le­vard de la Cha­pelle… Dé­char­gés de toute autre mis­sion, les po­li­ciers de la BST ( qui pa­trouille­ront à pied, et en uni­forme) au­ront avant tout un rôle d’îlo­tiers dans ce sec­teur.

Pas ques­tion de re­ti­rer des ef­fec­tifs de po­lice aux autres com­mis­sa­riats de la ca­pi­tale pour créer la nou­velle bri­gade du Xe. « La mise en place de la BST n’a été pos­sible que grâce à l’af­fec­ta­tion de 332 gar­diens de la paix à Pa­ris à la fin de l’an­née der- nière » , rap­pe­lait hier Ber­nard Bou­cault. Ces ren­forts, in­ter­ve­nus, se­lon la pré­fec­ture de po­lice, après plu­sieurs an­nées de baisse des ef­fec­tifs dans la ca­pi­tale, pro­fitent en prio­ri­té aux ar­ron­dis­se­ments du nord- est de Pa­ris.

Hier, après le lan­ce­ment de la BST, le pré­fet de po­lice et le pro­cu­reur se sont ren­dus dans le XXe pour dé­cré­ter la mise en place of­fi­cielle de la zone de sé­cu­ri­té prio­ri­taire Or­teauxSaint- Blaise- Réunion. Quelques mi­nutes après, le maire ( PS) de Pa­ris, Ber­trand De­la­noë, se fé­li­ci­tait dans un com­mu­ni­qué de « l’af­fec­ta­tion de ces moyens sup­plé­men­taires au ser­vice de la sé­cu­ri­té des Pa­ri­siens […] comme ce­la avait été an­non­cé en dé­cembre der­nier par le mi­nistre de l’In­té­rieur » .

( LP/ B. H.)

Rue Louis- Blanc ( Xe), hier. Ber­nard Bou­cault, le pré­fet de po­lice de Pa­ris, a rap­pe­lé dans la cour du com­mis­sa­riat du Xe, aux vingt- cinq hommes et femmes com­po­sant cette bri­gade de ter­rain, leurs prin­ci­pales mis­sions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.