« Nous­sui­vons les­lais­sés- pour- compte »

Ri­chardSo­vied, fon­da­teur­de­la­chaîne

Le Parisien (Paris) - - Paris - A. A.

C’est l’his­toire d’un mec... et d’une bande de co­pains aus­si. En 1995, Ri­chard So­vied et quelques amis dé­cident de créer une nou­velle chaîne de té­lé­vi­sion « pour les gens proches » , in­siste- t- il. « Très vite, mes potes, qui avaient un bou­lot à cô­té, ont com­men­cé à me dire que c’était trop de tra­vail » , se sou­vient l’ini­tia­teur du pro­jet. Qu’im­porte. Ri­chard So­vied pour­suit l’aven­ture en com­pa­gnie de sta­giaires, bé­né­voles et mi­li­tants.

Té­lé Bo­cal réa­lise alors des re­por­tages, des mi­cros- trot­toirs po­li­tiques ou dé­ca­lés et des sketchs. Elle se forge sa cé­lé­bri­té à l’échelle pa­ri­sienne. Cette aven­ture ins­pi­re­ra d’ailleurs le ci­néaste Mi­chel Le­clerc pour son film « Té­lé Gau­cho » , sor­ti en 2012. Ri­chard So­vied, dont l’al­ter ego est in­car­né à l’écran par Eric El­mos­ni­no, se sou­vient de cette époque : « Nos cas­settes étaient dif­fu­sées une fois par mois dans des bis­trots pa­ri­siens, qui fai­saient le plein ces soirs- là. Nous avons même été dif­fu­sés dans des lo­caux de SDF et à la pri­son de la San­té ! » Té­lé Bo­cal ne s’est ja­mais dé­par­tie de cette di­men­sion so­ciale. Elle couvre au­jourd’hui de nom­breuses ma­ni­fes­ta­tions. « Nous sui­vons les lais­sés­pour- compte, les mi­no­ri­tés, les chô­meurs, les sans- pa­piers, les pros­ti­tuées... » , ex­plique son fon­da­teur. Don sur www. te­le­bo­cal. org ou par cour­riel à te­le­bo­cal@ wa­na­doo. fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.