Toxiques les pla­quettes ?

20 % de la pol­lu­tion au­to­mo­bile est émise lors du­frei­nage. L’Eu­rope pour­rait bien­tôt im­po­serde nou­velles règles.

Le Parisien (Paris) - - Economie - ER­WAN BENEZET

Une loi pour­rait bien­tôt chan­ger la com­po­si­tion de nos pla­quettes de frein. Pre­mière étape, les Etat­sU­nis ont com­men­cé à prendre le pro­blème en main et pas moins de cinq Etats, dont le Texas et la Ca­li­for­nie, ont vo­té une loi qui li­mi­te­ra dès 2020 à 5 % maxi­mum le taux de cuivre dans les pla­quettes, et pro­gramme sa dis­pa­ri­tion dé­fi­ni­tive en 2025.

Ce n’est en­suite qu’une ques­tion de temps avant que l’Eu­rope n’adopte à son tour des dis­po­si­tifs lé­gis­la­tifs li­mi­tant eux aus­si l’uti­li­sa­tion du cuivre. Un groupe d’ex­perts y tra­vaille dé­jà ac­tuel­le­ment sous l’égide de la Com­mis­sion eu­ro­péenne.

nLes construc­teurs jouent la montre

En cause, les par­ti­cules émises lors de chaque coup de frein. Car pa­ra­doxa­le­ment, si avoir de bons freins est un gage in­dé­niable de sé­cu­ri­té, ils peuvent aus­si avoir des ef­fets no­cifs sur votre san­té. En ef­fet, à chaque fois que vous pres­sez votre pé­dale de frein, les frot­te­ments entre les pla­quettes et le disque re­jettent une im­por­tante quan­ti­té de par­ti­cules fines, qui contri­buent de fait à la pol­lu­tion gé­né­rale de l’at­mo­sphère. Ain­si, 20 % de la pol­lu­tion émise di­rec­te­ment par les voi­tures est cau­sée par les sys­tèmes de frei­nage ( voir in­fo­gra­phie).

Rap­pe­lons que ces par­ti­cules fi- nes sont res­pon­sables du dé­cès pré­ma­tu­ré de 42 000 per­sonnes par an en France, se­lon une étude pu­bliée en 2012 par l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té ( OMS). Et de nom­breux mé­de­cins dé­noncent leur no­ci­vi­té ( lire en­ca­dré).

Du cô­té des construc­teurs au­to­mo­biles, on joue la montre. Tant que la lé­gis­la­tion ne les contraint pas, la plu­part se contentent de sur­veiller l’évolution des tech­no­lo­gies. Sans for­cé­ment les an­ti­ci­per. « Nous étu­dions et tes­tons l’ef­fi­ca­ci­té de nou­velles pla­quettes sans cuivre avec nos équi­pe­men­tiers, no­tam­ment leur lon­gé­vi­té, confie JeanLuc Brame, res­pon­sable liai­son au sol ( es­sieux, freins, roues, sus­pen­sions, etc.) chez Peu­geot. Mais nous ne nous sommes pas pen­chés sur d’autres pistes de ré­flexions pour le mo­ment. »

Ce qui n’est pas le cas de cer­taines PME in­no­vantes ( lire ci- des­sous) qui pro­posent dé­jà des so­lu­tions ef­fi­caces. Cer­tains équi­pe­men­tiers, comme l’ita­lien Brem­bo ou l’amé­ri­cain Fe­de­ral Mo­gul, pro­posent eux aus­si dé­jà des pla­quettes dites « eco- fric­tion » , avec une te­neur en cuivre li­mi­tée.

Les dan­gers du cuivre sont réels pour la san­té hu­maine. En s’oxy­dant dans l’air, ses par­ti­cules peuvent dé­clen­cher à long terme des can­cers. Mais ce mé­tal n’est pas le seul com­po­sant des pla­quettes en cause. Le risque est que les ré­gle­men­ta­tions amé­ri­caines, puis eu- ro­péennes, ne l’ou­blient et que cet élé­ment soit sim­ple­ment rem­pla­cé par un autre pro­duit tout aus­si dan­ge­reux. Exac­te­ment comme le cuivre avait rem­pla­cé l’amiante après son in­ter­dic­tion dans les an­nées 1990. Elle en­trait alors dans la com­po­si­tion des pla­quettes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.