« L’im­pres­sion d’être cou­pés du monde »

Di­dier, ri­ve­rain de l’El­lé, à Quim­per­lé

Le Parisien (Paris) - - Société - QUIM­PER­LÉ H. H.

Près d’un mètre d’eau re­couvre en­core le por­tail de Di­dier et Ch­ris­tiane, pro­prié­taires d’une jo­lie bâ­tisse du XIXe siècle cons­truite au bord du fleuve cô­tier l’El­lé dans le centre- ville de Quim­per­lé. « Avec toute cette eau, on a l’im­pres­sion d’être cou­pé du monde » , ra­conte Di­dier, en ou­vrant sa porte, sur­pris de ren­con­trer quel­qu’un d’autre que les se­cours. « J’ai dû mon­ter sur le dos d’un pom­pier tout à l’heure pour al­ler faire mes courses » , ex­plique cet en­sei­gnant à la re­traite, ar­ri­vé ici il y a deux ans. « L’an­née der­nière, on avait échap­pé aux inon­da­tions. Mais cette fois on est ser­vis » , sou­ligne ce sexa­gé­naire, en­core éner­vé par les in­tem­pé­ries de dé­cembre. « On a été aver­tis à la der­nière mi­nute. Avec ma femme, nous avons dû mettre nos af­faires à l’abri en moins de deux heures. Au­tant vous dire qu’il y a eu des dé­gâts. Tout notre élec­tro­mé­na­ger a été dé­té­rio­ré. Heu­reu­se­ment, cette fois- ci, on a été pré­ve­nus à temps. » Hier, le rez- de- chaus­sée de la mai­son, sur­éle­vée par rap­port à la rue, n’a été inon­dé que de cinq cen­ti­mètres. En quelques heures, toute l’eau était éva­cuée. Mais Di­dier et Ch­ris­tiane ne sont pas au bout de leur épreuve. « On s’in­quiète sur­tout pour la nuit pro­chaine ( NDLR : la nuit d’hier à au­jourd’hui), ex­plique Di­dier. Vu la quan­ti­té d’eau qu’il y a dé­jà au pied de chez nous, ça risque d’être bien pire. »

Quim­per­lé, hier. Di­dier a été pré­ve­nu à temps cette fois, contrai­re­ment à la crue de dé­cembre. Son élec­tro­mé­na­ger avait alors été dé­té­rio­ré.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.