Ma­rie- Louise, 80ans, éva­cuée mal­gré elle

Le Parisien (Paris) - - Société - QUIM­PER­LÉ H. H.

Les yeux un peu per­dus, Ma­rieLouise s’in­ter­roge. « Je me de­mande bien quand est- ce que je vais ren­trer chez moi » , souffle cette re­trai­tée alors qu’elle vient d’être éva­cuée par les pom­piers de sa mai­son si­tuée au bord du fleuve cô­tier Laï­ta, sur le quai Bri­zeux. « Ils sont ve­nus me cher­cher, mais je n’avais rien de­man­dé ! » s’énerve cette dame de 80 ans, fa­ti­guée par une nuit pas­sée à guet­ter la mon­tée des eaux de­puis ses fe­nêtres. « Le rez- de- chaus­sée, où j’ai installé mon ga­rage, a été inon­dé. Le pre­mier étage aus­si un peu, mais j’ai vu pire. Ce­la fait cent ans que ma fa­mille vit sur le quai Bri­zeux » , ajoute- t- elle avec une once de fier­té.

Il faut ar­rê­ter avec ces me­sures de sé­cu­ri­té”

Paul, le fils de Ma­rie- Louise

Lors des deux der­nières inon­da­tions, Ma­rie- Louise était res­tée chez elle. « Je ne sor­tais pas, j’at­ten­dais tran­quille­ment que ça passe. » « Avant, on s’or­ga­ni­sait bien tout seul. Main­te­nant, GDF vient au­to­ma­ti­que­ment cou­per le gaz. Il n’y a plus de chauf­fage. C’est ça le plus em­bê­tant » , s’agace son fils Paul, ve­nu la cher­cher après l’éva­cua­tion. « Il faut ar­rê­ter avec ces me­sures de sé­cu­ri­té, in­siste ce re­trai­té. En dé­cembre, lors de la pre­mière inon­da­tion, ma­man s’était le­vée à 2 heures du ma­tin parce qu’elle sa­vait que l’eau ar­ri­vait. Bien avant que les se­cours la pré­viennent ! On n’est pas des dé­bu­tants. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.