Un crime tou­jours im­pu­ni

Le Parisien (Paris) - - Faitsdivers - F. L. ET S. M.

Qui a tué Gilles An­druet ? La ques­tion plane tou­jours. Le 22 août 1995, ce gé­nie des échecs, âgé de 37 ans, est re­trou­vé mort à Saulx- les- Char­treux ( Es­sonne). Toxi­co­mane, le fils du pi­lote de ral­lye Jean- Claude An­druet avait beau­coup per­du au black jack, em­prun­tant de son propre aveu de l’ar­gent à « des gens dan­ge­reux » . Après sa mort, son compte en banque gar­ni de 400 000 F ( 61 000 €) par la vente d’un bien im­mo­bi­lier fa­mi­lial est vi­dé par Franck Lia­ny, le cou­sin de Sa­cha Rhoul, qui as­sure avoir don­né l’ar­gent à son père, Jo­seph Lia­ny, joueur in­vé­té­ré. Franck Lia­ny a été condam­né pour avoir vi­dé le compte ban­caire de la vic­time à sept ans de pri­son, en 2003. Jo­seph Lia­ny, lui, est condam­né à quinze ans de pri­son pour le meurtre, en 2003, mais il est ac­quit­té pour les mêmes faits en 2006. Jo­seph Lia­ny, oncle de Sa­cha Rhoul, hé­ber­geait Gilles An­druet le soir de sa mort. Et c’est dans une alèse pro­ve­nant vrai­sem­bla­ble­ment de l’ap­par­te­ment de Jo­seph Lia­ny que le ca­davre a été re­trou­vé. Deux jours après la mort du Mo­zart des échecs, les Lia­ny ont loué un four­gon pour je­ter les lits de chez Jo­seph et en ache­ter d’autres. Un troi­sième homme, Loïc Si­mon, a avoué à ses proches avoir « tué un joueur d’échecs avec des lu­nettes » contre 30 000 F ( en­vi­ron 4 500 €) pro­mis par Jo­seph Lia­ny. Mais Loïc Si­mon s’est sui­ci­dé en 1996 ; il n’a donc ja­mais pu confir­mer ses pro­pos. Après deux ac­quit­te­ments, la jus­tice n’a tou­jours au­cun cou­pable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.