Le bou­le­ver­se­ment deVan­cou­ver

Le Parisien (Paris) - - Jeux olympiques d'hiver - SANDRINE LEFÈVRE

L’his­toire de Mar­tin Fourcade a com­men­cé à Van­cou­ver, un après- mi­di de fé­vrier 2010. A l’ar­ri­vée de la mass start, fraî­che­ment mé­daillé d’ar­gent, il tombe dans les bras de Si­mon. « Ce c… m’a dit qu’il était dé­so­lé pour moi, s’il sa­vait à quel point je suis fier de lui… » ra­conte alors, en larmes, Si­mon. Pour ces JO 2010, le grand frère rê­vait de gloire. Il était même par­ti se pré­pa­rer en Nor­vège avec Ra­phaël Poi­rée, la ré­fé­rence du bi­ath­lon tri­co­lore. Le pe­tit lui vole la ve­dette. Pré­sents au Ca­na­da, les pa­rents Fourcade sont par­ta­gés entre le bon­heur de l’un de leur fils et la dé­tresse de l’autre. « Ça a été un mo­ment ex­trê­me­ment com­pli­qué pour nous tous, se sou­vient Mar­tin. Ma joie, la peine de mon frère, per­sonne ne sa­vait com­ment gé­rer tous ces sen­ti­ments. » Au re­tour en France, Si­mon prend ses dis­tances. « J’étais ja­loux, avoue- t- il. Il m’a fal­lu du temps pour ac­cep­ter… » Les deux fran­gins ont fi­ni par se rap­pro­cher à nou­veau. « Ces Jeux de Sot­chi, j’ai en­vie de les vivre à nou­veau avec Si­mon » , in­siste Mar­tin, qui se ver­rait bien par­ta­ger une mé­daille par équipe avec son aî­né de quatre ans. Les JO de Van­cou­ver ont bou­le­ver­sé la fa­mille. Ils ont sur­tout per­mis à Mar­tin de s’au­to­ri­ser en­fin à ga­gner. « J’avais ces JO au fond de moi, je sa­vais que j’avais du po­ten­tiel pour dé­cro­cher une mé­daille, Van­cou­ver a été un ac­cé­lé­ra­teur, cette aven­ture a mar­qué ma vie. Il est cer­tain qu’il y a eu un avant et un après. » Quatre ans plus tard, Mar­tin n’est plus ce bi­ath­lète avan­çant dans l’ombre de son frère. Le voi­là dé­sor­mais dans la peau d’un fa­vo­ri.

( AFP.)

Whist­ler ( Ca­na­da), le 21 fé­vrier 2010. Si­mon et Mar­tin Fourcade ( à dr.).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.