L’in­ter­ro deCa­li­me­ro

Ani­ma­tion. Après vingt ans d’ab­sence, le pe­tit pous­sin noir re­vient. L’oc­ca­sion de l’in­ter­ro­ger sur ses ca­rac­té­ris­tiques.

Le Parisien (Paris) - - Spectacles et Télévision - CArIne dI­dIer

Il a conquis plu­sieurs gé­né­ra­tions avec sa phrase dé­sor­mais cé­lèbre : « C’est vrai­ment trop in­juste. » Cin­quante ans après sa pre­mière ap­pa­ri­tion à la té­lé­vi­sion, Ca­li­me­ro re­vient en fan­fare de­main sur TF 1 ( à 7 h 40). L’ado­rable pous­sin noir à la co­quille vis­sée sur le crâne a su­bi un lif­ting grâce à la 3D ( les images de syn­thèse), prin­ci­pale in­no­va­tion de la nou­velle sé­rie ani­mée de 104 épi­sodes pro­duits par Gau­mont Ani­ma­tion. Même look, même voix mais des aven­tures plus ryth­mées dans des dé­cors ra­fraî­chis pour sé­duire les 4- 7 ans d’au­jourd’hui. En bo­nus, les pe­tits in­ter­nautes pour­ront s’amu­ser avec le hé­ros grâce à un jeu in­ter­ac­tif dis­po­nible sur le site Tfou. fr et des épi­sodes ex­clu­sifs ré­ser­vés au di­gi­tal. Voi­ci les secrets d’un gal­li­na­cé dé­sor­mais plus po­si­tif qu’à l’ori­gine.

nCa­li­me­ro, pour­quoi es- tu noir ?

Le pous­sin a vu le jour le 14 juillet 1963 dans une pu­bli­ci­té pour une les­sive dif­fu­sée en Ita­lie. « Il est né de l’ima­gi­na­tion de mon père Ni­no et de mon oncle To­ni Pa­got, ra­conte Mar­co Pa­got, lui- même spé­cia­liste de l’ani­ma­tion. Pour tou­cher le pu­blic, ils ont pen­sé à un ani­mal de la ferme. A l’époque, le spot pu­bli­ci­taire du­rait une mi­nute trente : Ca­li­me­ro sor­tait de son nid, tom­bait dans une flaque de boue et de­ve­nait noir. Il était en­suite net­toyé grâce à la les­sive et re­trou­vait sa cou­leur d’ori­gine. » De­ve­nu le hé­ros d’épi­sodes de cinq mi­nutes dans les an­nées 1970, il a conser­vé sa teinte noire.

nPour­quoi t’ap­pelles- tu ain­si?

« Ca­li­me­ro est le nom de l’église ou mon père et ma mère se sont ma­riés, in­dique le fils du réa­li­sa­teur. Et puis, Ca­li­me­ro ri­mait avec ne­ro, noir en Ita­lien. »

dis- tu : « C’est vrai­ment trop in­juste » ?

La phrase est née quand le pous­sin est tom­bé dans la boue, sa pre­mière mésa­ven­ture ! « On pou­vait le re­con­naître im­mé­dia­te­ment, il avait des va­leurs simples proches de celles des en­fants ( l’ami­tié, la fa­mille…) » , confie Mar­co Pa­got. L’in­jus­tice qui ponc­tuait les épi­sodes per­met­tait en outre aux pa­rents de ré­con­for­ter leur pro­gé­ni­ture. La phrase de­meure dans la nou­velle ver­sion « mais elle de­vient l’élé­ment dé­clen­cheur de l’his­toire, la ré­ac- tion à une si­tua­tion que Ca­li­me­ro juge anor­male » , pré­cise Pierre Be­laïsch, le pa­tron de Gau­mont Ani­ma­tion.

nPour­quoi re­nais- tu dans une ver­sion en 3D ?

La der­nière sé­rie, « Ca­lim­ro et Va­le­ria­no » , date de 1995. Pour la mo­der­ni­ser, l’uti­li­sa­tion de la 3D s’im­po­sait. « Ce­la ap­porte du re­lief, de la ron­deur, des cou­leurs plus cha­leu­reuses, sans dé­na­tu­rer le per­son­nage » , jus­ti­fie le pro­duc­teur. Fi­ni aus­si le dé­cor du village à l’Ita­lienne. Le pous­sin et ses co­pains évo­luent dé­sor­mais dans une ville plus grande. Autre nou­veau­té, le vieux mou­lin à l’ex­té­rieur de la ci­té s’im­pose comme un lieu ma­jeur : c’est ici, dans l’an­cien ate­lier de son aïeul Do Vin­ci, que Ca­li­me­ro et ses amis viennent dé­ni­cher des in­ven­tions étranges qui pi­mentent les his­toires.

nPour­quoi est- ce que

tu ne te plains plus ?

« Les té­lé­spec­ta­teurs ont évo­lué. Nous avons me­né une étude au­près d’en­fants et de ma­mans. Ils avaient une per­cep­tion as­sez né­ga­tive du cô­té vic­time de Ca­li­me­ro, pour­suit le pro­duc­teur. Nous avons donc tra­vaillé à ce qu’il de­vienne un hé­ros po­si­tif, pug­nace et ac­tif. » L’as­pect in­tem­po­rel comme les fon­da­men­taux du des­sin ani­mé de­meurent. « La nou­velle ver­sion dé­montre qu’on peut être pe­tit et fra­gile mais aus­si cou­ra­geux et dé­ter­mi­né » , in­siste Pierre Be­laïsch.

nPour­quoi est- ce que ta voix n’a pas chan­gé ?

His­to­ri­que­ment, Ca­li­me­ro était dou­blé par la co­mé­dienne Ar­lette Tho­mas, éga­le­ment voix fran­çaise de Ti­ti et de Shir­ley MacLaine. Pas ques­tion dans la ver­sion 2014 de chan­ger ce timbre si par­ti­cu­lier. Une femme, Fan­ny Bloc, a re­pris le rôle du pous­sin avec brio. Bien malin qui fe­ra la dif­fé­rence…

T.) go Pa / m i an ph Al n/ io at m i an t on m au G (

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.