C’est­le­roi­du­tri­cot !

Alexan­dreCal­lier- Tay­lor­dé­di­ca­ce­son­livre

Le Parisien (Paris) - - Paris - AU­RÉ­LIE LEBELLE

Au Sa­lon l’Ai­guille en fête, qui se tient jus­qu’à di­manche à la porte de Ver­sailles ( XVe), Alexandre Cal­lier- Tay­lor est un peu le roi de ces dames. Du haut de ses deux mètres, le hips­ter de 43 ans, vi­vant à Cli­chy- sous- Bois ( Sei­neSaint- De­nis) dé­couvre, amu­sé, l’en­goue­ment du monde du tri­cot en France, qui sé­duit de plus en plus de fans de tous âges de­puis trois ou quatre ans. Dans ce mi­cro­cosme ul­tra­fé­mi­nin, Alexandre Cal­lier- Tay­ler tire son épingle du jeu et s’im­pose dou­ce­ment comme le de­si­gner fran­çais du cro­chet et du tri­cot.

Pour­tant, ce pro­fes­seur de lettres mo­dernes ne jouait jus­qu’ici des ai­guilles que sur son ca­na­pé, pour son plus simple plai­sir. « C’est mon ar­rière- grand- mère, Ba­bette, qui m’a tout ap­pris quand j’étais en­fant » , ra­conte- t- il. De­puis, le prof de fran­çais a dé­ve­lop­pé sa pas­sion pour en faire un art. Son da­da ? Jouer du cro­chet, ma­nier les tis­sus et les cou­leurs avec dex­té­ri­té et créer de nou­veaux points. Voi­là ce qui a dû sé­duire son édi­trice au prin­temps der­nier et, dé­sor­mais, les nom­breuses ama­trices de cro­chet qui le contactent tous les j ours sur sa page Fa­ce­book « Alexan­dre­sa­muse » . « Pour moi, c’est un geste ma­nuel et so­phis­ti­qué qui per­met de se dé­bran­cher du reste, sou­rit- il. Mais j’aime aus­si la dif­fi­cul­té que ce­la sous- en­tend. »

Car le tri­co­teur crée ses mo­dèles, in­vente des points, mé­lange des fils dé­ni­chés dans des bou­tiques spé­cia­li­sées. * Hooo­ked zpa­get­ti, cro­chet et tri­cot, Alexandre Cal­lier- Tay­lor, Ed. Le temps ap­pri­voi­sé, 13,50 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.