« Des ma­la­dies mettent au moins dix ans pour se dé­cla­rer »

Le Parisien (Paris) - - Economie - Clau­deLes­né, cher­cheur Pro­pos recueillis par E. B.

Pour ce spé­cia­liste de la san­té pu­blique, les par­ti­cules émises lors du frei­nage peuvent être dan­ge­reuses pour la san­té. Claude Les­né re­grette que « la France n’ait ja­mais été très ré­ac­tive » sur ces ques­tions. Quel est l’im­pact sur la san­té ?

CLAUDE LES­NÉ. Il dé­pend no­tam­ment de la taille des par­ti­cules. Plus la par­ti­cule est pe­tite, plus elle pé­nètre en pro­fon­deur dans les voies res­pi­ra­toires. Or les par­ti­cules re­je­tées dans l’at­mo­sphère par les sys­tèmes de frei­nage sont in­fé­rieures à 200 na­no­mètres, ce qui est ex­trê­me­ment pe­tit. Suf­fi­sam­ment en tout cas pour pé­né­trer dans les al­véoles pul­mo­naires, l’une des zones des voies res­pi­ra­toires les plus fra­giles. Elles peuvent dé­clen­cher des in­flam­ma­tions, puis, quand ce­la per­siste, des asthmes, de l’em­phy­sème ou des bron­chites chro­niques.

Quels sont les symp­tômes ? Notre or­ga­nisme pos­sède des mé­ca­nismes de dé­fense na­tu­relle qui lui per­mettent en temps nor­mal d’éli­mi­ner au fur et à me­sure les par­ti­cules de nos pou­mons. Jus­qu’au mo­ment où les quan­ti­tés in­ha­lées sont trop im­por­tantes et ne peuvent plus être re­je­tées. Les symp­tômes peuvent mettre du temps à ap­pa­raître. Ce­la peut prendre quelques an­nées pour des in­flam­ma­tions, mais bien plus lors­qu’il s’agit de ma­la­dies comme les can­cers. Les types de par­ti­cules émises par les sys­tèmes de frei­nage peuvent pro­vo­quer des ma­la­dies qui mettent au moins dix ans avant de se dé­cla­rer. Dans le cas de l’amiante, par exemple, il peut se pas­ser trente ou qua­rante ans avant l’ap­pa­ri­tion d’un can­cer. Com­ment ré­agissent les pou­voirs pu­blics fran­çais sur la ques­tion de la pol­lu­tion liée aux pla­quettes ? La France n’a ja­mais été très ré­ac­tive pour lut­ter contre ce type de pol­lu­tion. Dans les an­nées 1970, par exemple, l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té avait fait pa­raître deux études, l’une en 1971, l’autre en 1977, qui dé­mon­traient le rôle can­cé­ri­gène de l’amiante. Le re­cours à cet élé­ment n’a pour­tant été in­ter­dit en France qu’en… 1995 ! A l’époque, les pla­quettes et les disques de frein en conte­naient. Les fa­bri­cants ont donc dû dé­ve­lop­per de nou­veaux al­liages qui en soient to­ta­le­ment dé­pour­vus. Les pou­voirs pu­blics, eux, ne sont pas al­lés plus loin. Ré­sul­tat : les pla­quettes fa­bri­quées au­jourd’hui contiennent d’autres com­po­sants toxiques qui peuvent s’avé­rer, eux aus­si, très dan­ge­reux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.