Ces­mu­sul­mans­dé­çus­quiin­quiè­tent­lePS

Le Parisien (Paris) - - Politique - BE­SAN­ÇON ( DOUBS) De notre en­voyé spé­cial ÉRIC HACQUEMAND

l s’ap­pelle Is­maïl Ya­da­ko­glu. En mai 2012, ce tren­te­naire d’ori­gine turque a vo­té Fran­çois Hol­lande. « Sans re­chi­gner » , dit ce mi­li­tant as­so­cia­tif, mais il ajoute : « Au­jourd’hui, j’hé­site à vo­ter à gauche » aux mu­ni­ci­pales de mars. Hier, Is­maïl a ren­con­tré Fran­çois La­my, le mi­nistre de la Ville, ve­nu dans les quar­tiers po­pu­laires de Be­san­çon pour le­ver quelques mal­en­ten­dus, no­tam­ment avec les Fran­çais de confes­sion mu­sul­mane. Car alors que leur vote est es­sen­tiel pour la gauche ( lire l’en­ca­dré), il y a comme un par­fum de ma­laise de­puis mai 2012

Mos­quée Al- Fath, hier ma­tin, dans le quar­tier de Pla­noise. Le ven­dre­di, jus­qu’à 1 000 fi­dèles s’y ras­semblent. Un mor­ceau de fa­ça-

Ide vient d’être re­peint en blanc. « C’est là qu’on a ins­crit mort aux mu­sul­mans » , in­dique au mi­nistre Dji­la­li Fel­laou, le pré­sident de l’as­so­cia­tion cultuelle. A quelques en­câ­blures, les fi­dèles de la mos­quée Sou­na, eux, ont re­trou­vé… une tête de san­glier de­vant le bâ­ti­ment. « Je suis fran­çais, je paye des im­pôts, j’ai droit à la sé­cu­ri­té » , s’in­quiète Mo­ha­med, un ha­bi­tué de la mos­quée. Et il n’en faut pas beau­coup pour que le sentiment du deux poids, deux me­sures sur­gisse. « La sy­na­gogue n’est ja­mais at­ta­quée, elle, souffle- t- il. Parce qu’elle est sur­veillée. Nous, quand la po­lice vient, c’est pour nous mettre des PV le ven­dre­di. »

nLe droit à la réus­site in­di­vi­duelle

Sur fond d’af­faire Dieu­don­né, La­my est donc ve­nu ras­su­rer. « La Ré­pu­blique dé­nonce toutes les at­teintes aux cultes, qu’ils soient mu­sul­man, chré­tien ou juif » , plaide le mi­nistre. Un rap­pel re­çu cinq sur cinq, lors d’une ren­contre dans un centre so­cial de Be­san­çon, par des re­pré­sen­tants as­so­cia­tifs qui at­tendent aus­si le gou­ver­ne­ment sur un autre ter­rain.

Certes, « Hol­lande les a dé­bar­ras­sés de Sar­ko­zy » , ad­met Louar­di Cid, un en­tre­pre­neur d’une soixan­taine d’an­nées qui a vo­té pour le can­di­dat PS en 2012. « Mais ils en at­ten­daient de l’em­ploi et pas for-

Fran­çois La­my ( au centre), en com­pa­gnie de Jean- Louis Fous­sert ( à dr.), le maire de la com­mune, est ve­nu à la ren­contre des ha­bi­tants de confes­sion mu­sul­mane pour le­ver quelques mal­en­ten­dus. cé­ment la PMA ou la GPA » , sou­pire- t- il. Et ce père de fa­mille de re­gret­ter, par exemple, que sa fille Na­dia, sor­tie ma­jor d’HEC, ait été contrainte de par­tir en An­gle­terre pour tra­vailler. « J’at­tends de la gauche qu’elle lutte contre les dis­cri­mi­na­tions, pas qu’elle fasse du Ma­riage pour tous sa prio­ri­té » , in­siste- t- il. Fi­dèle au PS de­puis des an­nées, il re­join­dra par « dé­cep­tion » une autre liste de gauche pour les mu­ni­ci­pales…

Dé­pu­té PS de Gri­gny ( Es­sonne), Ma­lek Bou­tih té­moigne de la même dés­illu­sion post 2012. « La troi­sième gé­né­ra­tion ne de­mande pas des al­locs, mais le droit à la réus­site in­di­vi­duelle » , sou­ligne l’ex- pré­sident de SOS Ra­cisme, qui tire la son­nette d’alarme : « Si la gauche ne le com­prend pas vite, une par­tie de cet élec­to­rat va glis­ser à droite. En pe­tit co­mi­té, le chef de l’Etat lui- même s’est aler­té de voir des jeunes femmes mu­sul­manes ne pas en­voyer leurs en­fants à l’école par crainte qu’on y en­seigne la pré­ten­due théo­rie du genre. » Il est donc temps de ré­agir. Mar­di, le gou­ver­ne­ment an­non­ce­ra sa feuille de route en ma­tière d’in­té­gra­tion. Et cou­rant fé­vrier, Hol­lande a pré­vu de se rendre à la Grande Mos­quée de Pa­ris pour s’adres­ser aux mu­sul­mans de France…

Be­san­çon ( Doubs), hier.

le mi­nistre de la Ville, ici

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.