La­chai­se­élec­trique di­vi­seenVir­gi­nie

Le Parisien (Paris) - - Politique - WASHINGTON ( ÉTATS- UNIS) De notre cor­res­pon­dante MA­LI­KA MACLOUF

Ils ont vo­té : 64 pour, 32 contre. En Vir­gi­nie, la Chambre des dé­lé­gués a choi­si, fin jan­vier, la chaise électrique comme mé­thode d’exé­cu­tion par dé­faut en l’ab­sence des pro­duits né­ces­saires à l’in­jec­tion lé­tale. Les Etats- Unis connaissent une pé­nu­rie du cock­tail uti­li­sé pour la mise à mort des condam­nés — les la­bo­ra­toires s’op­po­sant dé­sor­mais à l’uti­li­sa­tion de leurs pro­duits pour la peine ca­pi­tale. Mais, la Vir­gi­nie, 2e au pal­ma­rès ( après le Texas, avec 110 exé­cu­tions de­puis 1976), est dans l’im­passe : elle ne peut exé­cu­ter les condam­nés qui ne choi­sissent pas la mort par élec­tro­cu­tion. Do­tée d’un amer goût de Far West, la so­lu­tion en­vi­sa­gée par les élus pro­voque des re­mous. Le Sé­nat de Vir­gi­nie, de­ve­nu dé­mo­crate il y a quinze jours, a choi­si de sur­seoir à cette dé­ci­sion en ren­voyant le texte de­vant le Co­mi­té pour les cours de jus­tice « pour une étude ap­pro­fon­die » . Pen­dant ce temps, dans les cou­loirs de la mort, huit condam­nés at­tendent que soit fixé leur sort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.