Un éta­lon qui rap­porte

Le Parisien (Paris) - - Sport hippique - GILLES MAA­REK

Un bon éta­lon peut s’avé­rer être une vé­ri­table manne fi­nan­cière pour ses pro­prié­taires. Et REA­DY CASH s’an­nonce comme un éta­lon ex­cep­tion­nel ! Il a com­men­cé à faire la monte à 4 ans, en 2009, si bien que ses pre­miers pro­duits, les A, ont dé­jà 4 ans.

Plu­sieurs su­jets de ni­veau clas­sique se sont dé­jà ré­vé­lés dans ses deux pre­mières pro­mo­tions ( AVILA, AXELLE DARK, ATLAS DE JOUDES, BRILLANTISSIME, BIRD PAR­KER, BOU­CLIER D’OR…) : « Le che­val a été syn­di­qué en 90 parts, ven­dues à 37 500 € l’uni­té, chaque part don­nant droit à une saillie par an pré­cise Fré­dé­ric Sauque, le cour­tier qui s’est oc­cu­pé de la syn­di­ca­tion de REA­DY CASH en 2009. Une af­faire en or, puisque cer­taines de ces parts se sont né­go­ciées à 105 000 € cette an­née. Ce­la don­ne­rait une va­leur mar­chande proche de 10 M€ pour le che­val, un prix qua­si­ment unique au monde ! » Pour 2014, REA­DY CASH af­fiche un prix de saillie de 18 000 €.

Les paillettes peuvent être conge­lées

Le rè­gle­ment du trot li­mite les éta­lons à 100 ju­ments fran­çaises, mais n’im­pose pas de li­mite au nombre de ju­ments étran­gères. En 2013, en­vi­ron 80 ju­ments étran­gères sont ve­nues le vi­si­ter, une ma­jo­ri­té ve­nant de Suède. Le prix pour les ju­ments étran­gères est de 8 000 €, payables si le pou­lain est vi­vant.

Toutes ces ju­ments sont saillies en sperme frais. A ce­la s’ajoute la pos­si­bi­li­té de conge­ler des paillettes pour les ex­por­ter vers des ré­gions plus loin­taines, même si le taux de fer­ti­li­té est moins bon. Ain­si, le sang de REA­DY CASH va- t- il se ré­pandre éga­le­ment en Aus­tra­lie et en Nou­velle- Zé­lande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.