« Flic ou­voyou » : vi­ril

Le Parisien (Paris) - - Mon dimanche - HU­BERT LIZÉ

W9, 20 h 50. Bé­bel est au som­met de sa car­rière com­mer­ciale lors­qu’il tourne « Flic ou voyou » , pre­mier d’une sé­rie de trois films sous la di­rec­tion de Georges Laut­ner. Avec son com­plice Mi­chel Au­diard aux dia­logues, le réa­li­sa­teur des « Ton­tons flin­gueurs » concocte une co­mé­die po­li­cière taillée sur me­sure pour Bel­mon­do le ba­rou­deur sé­duc­teur, sa­vant cock­tail d’hu­mour, de cas­tagne, de cas­cades exé­cu­tées sans tru­cage et de pe­tites pé­pées sé­duites d’un rou­le­ment de pec­to­raux. Ins­pec­teur à la po­lice des po­lices sur la Côte d’Azur, Sta­nis­las Bo­ro­witz, qui se fait pas­ser pour un truand, en­quête sur la mort d’un flic ri­pou, as­sas­si­né par des mal­frats ni­çois… On re­con­naît dans « Flic ou voyou » une par­tie de la bande de Bel­mon­do ( Georges Gé­ret, Charles Gé­rard, Claude Bros­set, JeanF­ran­çois Bal­mer), ain­si que Mi­chel Galabru et la sé­dui­sante Ma­rie La­fo­rêt, qui lui fait un grand nu­mé­ro de vamp sur un ca­na­pé de cuir blanc. « A quoi jouez- vous ? » glisse- t- elle au ché­ri de ces dames. « Au gen­darme et au vo­leur, ré­pond Bé­bel, je joue une mi- temps dans chaque camp. » Laut­ner a truf­fé son film de clins d’oeil aux « Ton­tons » , no­tam­ment en confiant un rôle à son ac­teur ita­lien fé­tiche, Ve­nan­ti­no Ve­nan­ti­ni. A sa sor­tie, en 1979, « Flic ou voyou » se­ra le pre­mier des films de Bel­mon­do à dé­pas­ser le mil­lion d’en­trées à Pa­ris. Et il tour­ne­ra dans la fou­lée avec Laut­ner deux de ses plus grands suc­cès, « le Gui­gno­lo » et « le Pro­fes­sion­nel » .

( Gau­mont.)

Jean- Paul Bel­mon­do en­dosse le rôle de ba­rou­deur taillé sur me­sure pour lui dans cette co­mé­die po­li­cière de 1979 si­gnée Laut­ner.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.