La­gaf’irait­bien­voi­railleurs

Le Parisien (Paris) - - Mon dimanche - CHAR­LOTTE MO­REAU

Il parle peu, alors il parle fort. Hier mi­di, Vincent La­gaf’ a en­chaî­né les tacles sur TF 1 lors de son pas­sage dans « le Tube » , le ma­ga­zine mé­dias de Ca­nal +. « Il y a des chaînes ou si tu ne fais pas le top du top des parts de mar­ché, on ne te prend même plus au té­lé­phone. » Les au­diences de son « Juste Prix » étant au beau fixe de­puis cinq ans ( 5 mil­lions de fi­dèles), l’ani­ma­teur fai­sait- il ré­fé­rence à l’échec de son té­lé­film « Cher Ra­din » , sui­vi par 4,9 mil­lions de per­sonnes ( 19 % de part d’au­dience) en… dé­cembre 2012 ? Mé­con­tent du ré­sul­tat, qu’il es­ti­mait trop éloi­gné de son uni­vers, La­gaf’ en veut, semble- t- il, tou­jours à son em­ployeur. Il avait dé­cla­ré en oc­tobre qu’il était prêt à jouer la co­mé­die sur d’autres chaînes. Hier, il a ré­ité­ré. « Si de­main Ca­nal me dit à 19 heures, on ai­me­rait bien que vous ve­niez, j’étu­die­rai fran­che­ment la pro­po­si­tion. Si France 2 [ me di­sait] On a un pe­tit pro­blème avec la case de 19 heures, est- ce que vous avez une idée pour nous ai­der ? je di­rais : Voyons- nous. » Lorsque Daph­né Bür­ki lui a par­lé de Gilles Bou­leau, dont le JT suc­cède au « Juste Prix » , La­gaf’ lui a ré­pon­du : « Qui ? » Puis il a rap­pe­lé son ad­mi­ra­tion pour Na­gui et De­cha­vanne, se di­sant prêt à ani­mer une émis­sion avec eux « les yeux fer­més, quel que soit le su­jet » .

Cô­té TF 1, pas de dif­fé­rend à si­gna­ler. Même si c’est à Ch­ris­tophe De­cha­vanne et Ben­ja­min Cas­tal­di qu’elle a confié ses deux pro­chains jeux, la chaîne tient à son Mon­sieur « Juste Prix » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.