Sé­cu­ri­térou­tière: les­chif­fres­po­lé­mique

L’as­so­cia­tion 40Mil­lions d’au­to­mo­bi­listes dé­non­ceun­com­mu­ni­qué « faux » sur le nom­brede morts sur les routes en jan­vier qui au­rait se­lon eux­bais­sé. LaSé­cu­ri­té routière dé­fend son­comp­tage.

Le Parisien (Paris) - - Société - FRÉ­DÉ­RIC MOUCHON

Peut- on vrai­ment se fier aux sta­tis­tiques men­suelles de la Sé­cu­ri­té routière ? L’as­so­cia­tion 40 Mil­lions d’au­to­mo­bi­listes, qui scrute chaque mois les chiffres of­fi­ciels, af­firme que le der­nier com­mu­ni­qué dé­taillant le nombre de morts sur les routes au mois de jan­vier est faux. Dans ce do­cu­ment en­voyé à la presse, da­té du 7 fé­vrier, la dé­lé­ga­tion in­ter­mi­nis­té­rielle à la sé­cu­ri­té routière af­firme que « 238 per­sonnes ont per­du la vie sur les routes de France en jan­vier 2014 contre 239 en jan­vier 2013, ce qui cor­res­pond à une sta­bi­li­sa­tion de la mor­ta­li­té pen­dant cette pé­riode » . Sauf qu’en jan­vier 2013, la Sé­cu­ri­té routière an­non­çait que… « 271 per­sonnes » avaient été tuées sur les routes.

« On nous at­taque tou­jours sur la cré­di­bi­li­té de nos chiffres, mais la Sé­cu­ri­té routière fe­rait bien de ba­layer de­vant sa porte » es­time le dé­lé­gué gé­né­ral de l’as­so­cia­tion proau­to­mo­bile, Pierre Chas­se­ray. In­ter­ro­gé hier sur l’ap­proxi­ma­tion de ces don­nées, l’ins­ti­tu­tion tente de dé­fendre son sys­tème de cal­cul sta­tis­tique.

lo­gi­ciel qui ex­tra­pole… le nombre de morts. Lorsque la Sé­cu­ri­té routière pré­sente son bi­lan men­suel, elle s’ap­puie sur les chiffres pro­vi­soires du nombre de tués et bles­sés que

nUn

lui font re­mon­ter les ser­vices de po­lice de chaque dé­par­te­ment. « Le nombre de morts four­ni le 8 fé­vrier 2013 n’était qu’un ré­sul­tat pro­vi­soire car il ne don­nait le nombre de tués qu’à la fin du mois de jan­vier et ne pre­nait pas en compte le nombre de tués trente jours après l’ac­ci­dent, ex­plique le di­rec­teur ad­joint de la Sé­cu­ri­té routière, Hen­ri Pre­vost. Pour four­nir des sta­tis­tiques ra­pides, un

nUne

lo­gi­ciel ex­tra­pole le nombre de tués à trente jours. » En jan­vier 2013, ce lo­gi­ciel avait sur­éva­lué de 32 le nombre réel de dé­cès !

« ap­proxi­ma­tion sta­tis­tique » . Com­ment la Sé­cu­ri­té routière peut- elle par­ler de « sta­bi­li­té de la mor­ta­li­té » en com­pa­rant des chiffres dé­fi­ni­tifs de jan­vier 2013 ( 239 morts) avec les chiffres pro­vi­soires de jan­vier 2014 ( 238 morts) qui ne se­ront « conso­li­dés » qu’en… juin pro­chain ? 40 Mil­lions d’au­to­mo­bi­listes dé­nonce cette « ap­proxi­ma­tion sta­tis­tique » . « Je me re­fuse à croire que les chiffres aient été vo­lon­tai­re­ment tru­qués pour an­non­cer cette sta­bi­li­té et ain­si faire pas­ser la pi­lule d’une plus grande ré­pres­sion sur la route, mais si les chiffres men­suels sont éta­blis avec une boule de cris­tal, ce­la si­gni­fie que tous les com­mu­ni­qués en­voyés chaque mois par la Sé­cu­ri­té routière n’ont au­cune cré­di­bi­li­té » , es­time Pierre Chas­se­ray.

don­nées men­suelles re­mises en cause. Même si la Sé­cu­ri­té routière af­firme que c’est son bi­lan an­nuel qui fait ré­fé­rence, elle dé­fend le prin­cipe de sta­tis­tiques men­suelles. « C’est un ou­til de pré­dic­tion ef­fi­cace car ce­la nous donne des ten­dances et cette mé­thode de cal­cul, qui a fait ses preuves de­puis neuf ans, a été la­bel­li­sée en 2013 par l’au­to­ri­té de la sta­tis­tique pu­blique » , af­firme Hen­ri Pre­vost. « Même si ce­la main­tient les Fan­çais en alerte sur un su­jet prio­ri­taire, la France est le seul pays au monde qui pu­blie des sta­tis­tiques men­suelles et le sys­tème d’in­for­ma­ti­sa­tion des don­nées n’est pas tou­jours bien maî­tri­sé, es­time la pré­si­dente de la Ligue contre la vio­lence routière, Chan­tal Per­ri­chon. La dif­fé­rence entre ces re­mon­tées ra­pides et

nDes

le bi­lan dé­fi­ni­tif du nombre de tués et bles­sés est de plus ou moins 2,5 %, mais dans le cas de jan­vier 2013, il y a vi­si­ble­ment eu un bug et il fau­drait que les chiffres soient re­vé­ri­fiés dans tous les dé­par­te­ments. »

( LP/ Ar­naud Jour­nois.)

La pu­bli­ca­tion men­suelle du nombre d’ac­ci­dents de la route mor­tels est une ex­cep­tion fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.