Le­mi­nis­tè­re­metl’ac­cent­sur­les­bourses

Le Parisien (Paris) - - Société - CH. B.

Les prix des ins­crip­tions aux concours sont- ils un élé­ment dis­cri­mi­nant de plus ? S’il n’existe pas d’étude sur cette ques­tion, la so­cio­logue Ma­rie Du­ru- Bel­lat, spé­cia­liste des sciences de l’édu­ca­tion, es­time que « ce phénomène peut jouer à la marge. Il est dif­fi­cile d’iso­ler ce mé­ca­nisme de tous les autres élé­ments qui le pré­cèdent dans le par­cours d’un élève, ex­plique- t- elle. Ce qui est cer­tain, c’est que les in­éga­li­tés ne baissent pas dans les cur­sus pri­vés et qu’elles ont même ten­dance à s’ac­croître. »

Lais­sée de cô­té par les syn­di­cats d’étu­diants, qui pré­fèrent por­ter le fer et leurs ef­forts sur les études pu­bliques, la ques­tion de l’ac­cès aux écoles « n’est pas du res­sort » , non plus, du mi­nis­tère de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur. Ce­lui- ci n’a au­cun pou­voir sur les ins­ti­tu­tions pri­vées, mis à part ce­lui de va­lo­ri­ser les ini­tia­tives des­ti­nées à construire un as­cen­seur so­cial pour des po­pu­la­tions jus­qu’ici éloi­gnées des di­plômes ul­tra va­lo­ri­sés.

Plu­sieurs écoles de com­merce, par exemple, dé­ve­loppent les « concours pas­se­relles » ac­ces­sibles après un IUT ou une li­cence pro­fes­sion­nelle et dont les frais d’ins­crip­tion sont moins éle­vés. L’aug­men­ta­tion du nombre d’élèves bour­siers pro­fite aus­si aux étu­diants les moins ai­sés. De­puis sep­tembre, le mi­nis­tère a créé, outre une aug­men­ta­tion des aides pour les plus pauvres, un nou­vel éche­lon 0 qui donne à 52 600 élèves sup­plé­men­taires des classes moyennes l’ac­cès à la gra­tui­té des concours. Au to­tal, l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur comp­ta­bi­lise au­jourd’hui 644 310 bour­siers, toutes fi­lières confon­dues.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.