Por­teà­por­te­dans­leVIIe : le­che­min­de­croix­duPS

Le Parisien (Paris) - - Paris - PHI­LIPPE BA­VE­REL

Les mi­li­tants so­cia­listes du VIIe se sont le­vés de bonne heure sa­me­di pour al­ler frap­per à la porte d’élec­teurs po­ten­tiels en vue des mu­ni­ci­pales des 23 et 30 mars. Après un ca­fé au Bour­bon, la bras­se­rie en face de l’As­sem­blée na­tio­nale, Ca­pu­cine Edou, la tête de liste du PS, a re­trou­vé les siens peu après dix heures à la sor­tie du mé­tro In­va­lides.

Très à l’aise au mi­cro, la can­di­date so­cia­liste, 38 ans, di­rec­trice du dé­par­te­ment Asie- Afrique- Pa­ci­fique à Sciences- po, gal­va­nise ses troupes : « Il faut ou­vrir cet ar­ron­dis­se­ment bun­ke­ri­sé ! Al­lez au- de­vant des gens, créez le dé­bat ci­toyen. L’ob­jec­tif ce ma­tin, c’est d’ou­vrir mille portes ! »

Ballons roses, écharpes à l’unis­son, les cin­quante mi­li­tants ar­borent cha­cun un badge jaune frap­pé de l’in­jonc­tion : « Osez Ca­pu­cine pour le VIIe ! » Pour­tant, dif­fi­cile dans la rue de re­te­nir l’at­ten­tion des pas­sants qui vaquent à leurs oc­cu­pa­tions et ne sont vi­si­ble­ment pas d’hu­meur à par­ler po­li­tique.

nRares sont ceux qui ouvrent leur porte

Lorsque Ca­pu­cine Edou aborde une sep­tua­gé­naire bien mise et per­ma­nen­tée, la veille dame, pas­sée le pre­mier ins­tant de sur­prise, s’ex­clame : « Je ne suis pas de votre camp. Mais dans le VIIe, vous pre­nez un âne, vous lui met­tez une éti­quette UMP et tout le monde vote pour lui ! » Pas sûr que Ra­chi­da Da­ti qui avait re­cueilli 49,5 % des suf­frages au 1er tour en 2008 et 57,69 % au se­cond, goûte la plai­san­te­rie… D’au­tant qu’elle fait face cette an­née à deux can­di­dats dis­si­dents à droite : Mi­chel Du­mont, l’an­cien maire du VIIe, et Ch­ris­tian Le Roux, son ex- pre­mier ad­joint.

Dans les cages d’es­ca­lier que les mi­li­tants vi­sitent en bi­nôme, c’est en­core pire : rares sont les ha­bi­tants qui ouvrent leur porte. Après avoir dé­va­lé les cinq étages d’un im­meuble où, à l’ex­cep­tion d’une femme étran­gère ne par­lant pas fran­çais et d’un homme qui s’est pré­sen­té en pei­gnoir en bre­douillant « Je ne vote pas ici » , per­sonne n’a ré­pon­du au coup de son­nette. Au rez- de- chaus­sée, Ca­pu­cine Edou fi­nit par tom­ber sur Louis, bou­lan­ger re­trai­té. Af­fable, l’homme lui pro­pose d’en­trer dans son stu­dio or­né d’un pos­ter de la tour Eif­fel pho­to­gra­phiée de nuit. 15 m2 loués « 400 € par mois à quel­qu’un que je connais qui me fait un prix, confie Louis. Si­non, je paye­rais au moins 700 €… » Au to­tal, 1 027 portes au­ront été ou­vertes dans la ma­ti­née.

( LP/ Ph. B.)

Rue de l’Ex­po­si­tion ( VIIe), sa­me­di. Ca­pu­cine Edou, la tête de liste PS, dis­cute avec Louis, un bou­lan­ger à la re­traite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.