Des dé­serts mé­di­caux de moins en moins dé­serts

En 2012, 2mil­lions de Fran­çais étaient àplus de trente mi­nutes d’une mé­de­cine d’ur­gence. Se­lon le mi­nis­tère, ils sont au­jourd’hui moi­tié moins.

Le Parisien (Paris) - - Economie - DA­NIEL ROSENWEG

En dé­pla­ce­ment à Cha­lon- surSaône ( Saône- et- Loire), la mi­nistre de la San­té, Ma­ri­sol Tou­raine, a dres­sé hier le bi­lan de son pacte ter­ri­toire san­té. Un pacte qui doit ré­duire les dé­serts mé­di­caux et ga­ran­tir l’ac­cès à une mé­de­cine d’ur­gence à moins de trente mi­nutes de chez soi. Bi­lan plu­tôt po­si­tif puisque les en­ga­ge­ments ont été pour l’es­sen­tiel te­nus. Ain­si, les « contrats de pra­ti­ciens ter­ri­to­riaux de mé­de­cine gé­né­rale » , à sa­voir le troi­sième des douze en­ga­ge­ments du pacte, ont été si­gnés par 180 jeunes mé­de­cins au 31 dé­cembre der­nier. C’est un peu moins que les 200 an­non­cés il y a quelques se­maines. Les vingt res­tant se­raient en cours de fi­na­li­sa­tion, a pré­ci­sé Ma­ri­sol Tou­raine.

En échange d’une ins­tal­la­tion dans un ter­ri­toire en pé­nu­rie de mé­de­cins, ce contrat ga­ran­tit un re­ve­nu mi­ni­mum de 3 640 € par mois au nou­vel ins­tal­lé et une cou­ver­ture so­ciale avan­ta­geuse, no­tam­ment en ce qui concerne le congé ma­ter­ni­té. « C’est un point qui a sé­duit pas mal de femmes » , a pré­ci­sé la mi­nistre de la San­té, qui a don­né quelques dé­tails sur ces pra­ti­ciens : « Trente- trois ont été si­gnés en ré­gion Rhône- Alpes, 13 en ré­gion Bour­gogne et 13 en ré­gion Centre. »

nPas- de- Ca­lais et Ile- de- France en re­tard

La ré­gion Nord- Pas- de- Ca­lais n’a pas rem­pli son ob­jec­tif, a dé­taillé la mi­nistre. En Ile- de- France, sur les 15 contrats pré­vus, 8 seule­ment ont été si­gnés et 4 sont en cours de for­ma­li­sa­tion. « La ma­jo­ri­té des si­gna­taires sont des femmes âgées de 30 à 35 ans et ont choi­si l’exer­cice re­grou­pé, dans une mai­son de san­té, par exemple » , a ex­pli­qué Ma­ri­sol Tou­raine. En re­vanche, im­pos­sible de sa- voir si ces si­gna­taires étaient dé­jà ins­tal­lés au mo­ment de si­gner, le texte de loi au­to­ri­sant les mé­de­cins ins­tal­lés de­puis moins d’un an à bé­né­fi­cier du dis­po­si­tif. Très re­mon­té contre le dis­po­si­tif, le pré­sident de la FMF, Fé­dé­ra­tion des mé­de­cins de France, Jean- Paul Ha­mon, le com­pare à « Ma­rie- An­toi­nette au Tria­non vou­lant ré­gler les pro­blèmes de l’agri­cul­ture en France avec les six mou­tons de sa ferme… »

Son confrère de la CSMF ( Con­fé­dé­ra­tion des syn­di­cats mé­di­caux fran­çais), pre­mier syn­di­cat de mé­de­cins, Mi­chel Chas­sang, est plus flat­teur : « Quatre cents nou­veaux mé­de­cins im­plan­tés sur les 3 % du ter­ri­toire en pé­nu­rie, plu­tôt pas mal ! La mé­thode est bonne. La coer­ci­tion n’a ja­mais per­mis d’in­ver­ser la courbe… » Le nombre de mai­sons de san­té avait plus que dou­blé en un an. Les contrats d’en­ga­ge­ment de ser­vice pu­blic, si­gnés par des étu­diants pro­met­tant de s’ins­tal­ler en zone de pé­nu­rie une fois di­plô­més en contre­par­tie d’une ré­mu­né­ra­tion de 1 200 € par mois, sont un suc­cès : 591 si­gna­taires fin 2013. « Sans ce contrat, je n’au­rai pas pu étu­dier, té­moigne un bé­né­fi­ciaire à l’école de mé­de­cine de Di­jon. J’ai cinq frères et soeurs, mon père est ins­ti­tu­teur. » Maxime est prêt à exer­cer dans n’im­porte quel dé­sert mé­di­cal. « Mon clas­se­ment dé­ci­de­ra du lieu où je se­rai en­voyé » , pré­cise l’étu­diant, 22 ans, qui vote pour la Nor­man­die. La mi­nistre l’as­sure : « L’ob­jec­tif de 1 500 étu­diants en 2017 se­ra te­nu. » 77 jours pour un ren­dez- vous chez l’oph­tal­mo !

Cha­lon- sur- Saône ( Saône- et- Loire), hier. Ma­ri­sol Tou­raine, mi­nistre de la San­té, a an­non­cé que 13 contrats de pra­ti­ciens ter­ri­to­riaux de mé­de­cine gé­né­rale ont été si­gnés par de jeunes mé­de­cins dans la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.