Les vo­leurs de grands crus écu­maient le Bor­de­lais

Après une sé­rie d’une quin­zaine de cam­brio­lages au sein de châ­teaux du Bor­de­lais, les gen­darmes ont dé­man­te­lé un gang de mal­fai­teurs très or­ga­ni­sés.

Le Parisien (Paris) - - Faits Divers - ADRIEN CADOREL

Les vo­leurs ai­maient les grands crus. Vingt per­sonnes soup­çon­nées d’être à l’ori­gine d’une quin­zaine de cam­brio­lages au sein des plus pres­ti­gieuses mai­sons du Bor­de­lais ont été in­ter­pel­lées et pla­cées en gare à vue hier ma­tin dans plu­sieurs ré­gions de France, à la suite d’une opé­ra­tion d’en­ver­gure dé­nom­mée Cas­se­vin qui a mo­bi­li­sé près de 300 gen­darmes. Après six mois d’en­quête, les mi­li­taires de Gi­ronde ont dé­man­te­lé « une équipe très or­ga­ni­sée » qui a fait main basse sur plu­sieurs cen­taines de bou­teilles de grands crus.

« Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils étaient très bien ren­sei­gnés » , souffle le co­lo­nel Ghis­lain Ré­ty, à la tête de la gen­dar­me­rie de Gi­ronde. Les pre­miers vols au­raient dé­bu­té en juin. Le der­nier re­monte au 5 fé­vrier. Trente caisses ont alors été dé­ro­bées.

nUn pré­ju­dice de plus de 1 M€

« Ces mal­fai­teurs agis­saient se­lon un mode opé­ra­toire bien ro­dé tous les quinze jours, pour­suit le co­lo­nel Ré­ty. Ils iden­ti­fiaient une ex­ploi­ta­tion, tou­jours des grands crus du Bor­de­lais, et après des sur­veillances pas­saient à l’ac­tion. Dans la plu­part des cas, un vé­hi­cule, sou­vent de type uti­li­taire, était vo­lé quelques jours au­pa­ra­vant pour les be­soins du cam­brio­lage. A l’is­sue, il était net­toyé à l’eau de Ja­vel afin d’en­le­ver les em­preintes. Puis il était in­cen­dié. »

Au to­tal, treize châ­teaux et deux dé­pôts de vin ont été vi­si­tés au cours des six der­niers mois, pour un pré­ju­dice to­tal de plus de 1 M€. Se- lon une source ju­di­ciaire, « il est fort pro­bable que ce gang a no­tam­ment agi sur com­mande pour le compte de per­sonnes res­tant à iden­ti­fier » , ajou­tant que les prin­ci­paux res­pon­sables de ce ré­seau, cinq hommes âgés de 18 à 55 ans, ont été ar­rê­tés dans la ré­gion de Bor­deaux. Les quinze autres sus­pects, dé­jà bien connus de la jus­tice et in­ter­pel­lés dans la ré­gion bor­de­laise mais aus­si en Haute- Ga­ronne, en Ile- de- France et dans les Py­ré­nées- At­lan­tiques, étaient ré­par­tis en deux équipes de re­ce­leurs. « L’en­quête doit per­mettre d’iden­ti­fier avec pré­ci­sion, outre les ache­teurs, le cir­cuit em­prun­té par ces bou­teilles, dont une cer­taine par­tie se re­trou­vait ven­due dans le com­merce » , pour­suit la même source, évo­quant la dé­cou­verte de fausses fac­tures au do­mi­cile de plu­sieurs des sus­pects. Lors des per­qui­si­tions, les gen­darmes ont mis la main sur plu­sieurs cen­taines de bou­teilles, d’im­por­tantes sommes d’ar­gent liquide, ain­si que de nom­breuses armes qui au­raient pu être uti­li­sées lors de bra­quages de com­merces de la ré­gion au cours des der­niers mois.

Sou­cieux de pré­ser­ver leur image, l es vi­ti­cul­teurs concer­nés étaient res­tés dis­crets sur ces vols. Le pré­sident du Conseil in­ter­pro­fes­sion­nel du vin de Bor­deaux s’est dit hier ras­su­ré, es­pé­rant que ce dé­man­tè­le­ment dis­sua­de­ra d’autres mal­fai­teurs.

( Pa­trice Hé­raud.)

Près de 300 gen­darmes ont été mo­bi­li­sé lors de l’opé­ra­tion Cas­se­vin. L’en­quête n’est pas ter­mi­née car, se­lon une source ju­di­ciaire, « il est fort pro­bable que ce gang a agi sur com­mande pour le compte de per­sonnes res­tant à iden­ti­fier » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.