Les fans de Mi­chael Jack­son de­mandent ré­pa­ra­tion

Le tri­bu­nal d’or­léans se pro­nonce ce ma­tin sur le pré­ju­dice af­fec­tif que la mort de la pop star, cau­sée par son doc­teur, a pro­vo­qué chez ses fans de France.

Le Parisien (Paris) - - Faits Divers - GEOF­FROY TOMASOVITCH

Pour My­riam Wal­ter, l es nuances comptent. Oui, elle est fan de Mi­chael Jack­son, mais non, elle n’a rien d’une hys­té­rique. Elle ap­pré­cie l’ar­tiste et l’homme, elle ne le vé­nère pas. « Je ne vais pas vous dire que je pleure tous les jours, mais c’est vrai, Mi­chael me manque » , ajoute cette quin­qua­gé­naire ins­tal­lée dans le Loi­ret qui s’est lan­cée dans une ac­tion en j us­tice peu com­mune contre le doc­teur Con­rad Mur­ray, con­dam­né aux Etats- Unis pour ho­mi­cide in­vo­lon­taire après la mort de son cé­lèbre pa­tient, le 25 juin 2009, liée à une prise de mé­di­ca­ments. L’as­so­cia­tion Mi­chael Jack­son Com­mu­ni­ty, que My­riam prés i d e e t q u i r é u n i t p r è s d e 2 000 fans, a as­si­gné l’ex- mé­de­cin du Roi de la pop pour « pré­ju­dice af­fec­tif » de­vant le tri­bu­nal de grande ins­tance d’Or­léans, dans le Loi­ret, où elle est do­mi­ci­liée. Le ju­ge­ment se­ra ren­du ce ma­tin.

« Le pré­ju­dice d’af­fec­tion vient ré­pa­rer la dou­leur pro­vo­quée par la perte d’un proche, c’est très clas­sique. Dans le cas d’une star, dont les fans se sentent très proches mais qui res­tent des in­con­nus pour cette cé­lé­bri­té, ce se­rait une pre­mière » , es­time Me Em­ma­nuel Lu­dot, avo­cat de l’as­so­cia­tion.

Car, pour My­riam Wal­ter et les cen­taines d’adhé­rents, l’af­faire est en­ten­due : le doc­teur Mur­ray est le responsable nu­mé­ro un et il leur a cau­sé un pré­ju­dice mo­ral en pro­vo­quant la perte de leur idole. La re­mise en li­ber­té en no­vembre der­nier du mé­de­cin, qui avait été con­dam­né à quatre ans de pri­son fin 2011, les a du reste « écoeu­rés » . « Nous at­ten­dons le ju­ge­ment de ce ma­tin avec im­pa­tience » , confiait hier My­riam, 55 ans.

Une dé­ci­sion de jus­tice favorable

pour­rait nous per­mettre de nous rendre sur sa tombe,

à Los An­geles” My­riam, pré­si­dente de Mi­chael

Jack­son Com­mu­ni­ty

Les re­qué­rants, qui ont ré­cla­mé 1 € sym­bo­lique, es­pèrent ob­te­nir gain de cause pour une autre rai­son. « Une dé­ci­sion de jus­tice favorable pour­rait nous per­mettre de nous rendre sur la tombe de Mi­chael, à Los An­geles. Pour l’heure, c’est ré­ser­vé aux proches ou à de rares pri­vi­lé­giés » , ex­plique My­riam. Un ju­ge­ment re­con­nais­sant le pré­ju­dice af­fec­tif des fans se­rait une sorte de sé­same, consi­dé­ré peut- être avec bien­veillance « par Catherine, la mère de Mi­chael, qui s’oc­cupe de tout ça » . Comme tant d’autres, la quin­qua­gé­naire ai­me­rait al­ler se re­cueillir un jour sur la tombe de la star.

Mère de trois en­fants, eux aus­si fans de Mi­chael Jack­son, My­riam constate que le Roi de la pop ne « se­ra ja­mais rem­pla­cé » . Alors, elle en­tre­tient le sou­ve­nir, avec fer­veur mais sans ex­cès. Chez elle, près de Mon­tar­gis, il y a une « vi­trine Mi- chael » où trônent les trois billets ache­tés pour le concert de Londres en août 2009. « J’ai aus­si un grand ta­bleau ori­gi­nal peint par une amie suisse, fan éga­le­ment. Mi­chael porte sa cape do­rée » , ajoute My­riam.

Faire re­vivre Mi­chael Jack­son passe éga­le­ment par son in­ves­tis­se­ment dans MJ Com­mu­ni­ty, as­so- cia­tion cultuelle. « At­ten­tion, rien à voir avec la religion ! » pré­cise la pré­si­dente d’un ré­seau de fans en ma­jo­ri­té fran­çais, mais aus­si ori­gi­naires de Bel­gique, de Grande- Bre­tagne, de Hon­grie…

L’as­so­cia­tion a un pro­jet qui lui est cher : avoir, un jour, un en­droit en France où se ras­sem­bler, se re- cueillir. « Une plaque dans un jar­din pu­blic, une sta­tue, une rue au nom de Mi­chael… » cite My­riam, à qui on a sou­vent fait com­prendre qu’il y avait d’autres prio­ri­tés. « Il y a plus urgent, je sais, mais nous n’y re­non­çons pas » , conclut tout en nuances la pré­si­dente.

( LP/ Phi­lippe de Poul­pi­quet.)

Pa­ris ( IVe), le 26 juin 2009. Des mil­liers de fans de Mi­chael Jack­son lui avaient ren­du hom­mage après l’an­nonce de sa mort. Très émus, plus de 2 000 d’entre eux ont de­puis as­si­gné en jus­tice son an­cien mé­de­cin pour pré­ju­dice af­fec­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.