Les clubs au bord de la crise de nerfs

Top 14/ Douze in­ter­na­tio­naux ne pour­ront pas jouer le week- end pro­chain

Le Parisien (Paris) - - Sports - DAVID OPOCZYNSKI AVEC OLI­VIER FRAN­ÇOIS ET V. P. À TOU­LOUSE

La pe­tite his­toire contée hier par Mou­rad Boud­jel­lal, le pré­sident de Toulon, ré­sume tout : « Phi­lippe Saint- An­dré a un res­tau­rant à cô­té de Toulon. Les jours de match, nous al­lons faire ve­nir son cui­si­nier et deux de ses ser­veurs pour tra­vailler dans la bras­se­rie du stade Mayol,, mais c’est lui qui conti­nue­ra de les payer. On ver­ra s’il est d’ac­cord… » Ain­si va la vie du rug­by fran­çais. Un nou­vel épi­sode est en ef­fet ve­nu s’ajou­ter en ce dé­but de se­maine aux nom­breux sou­bre­sauts qui l’ont agi­té de­puis le dé­but de sai­son. Une fois en­core, la re­la­tion entre l’équipe de France et les clubs du Top 14 est en cause.

Avant le dé­pla­ce­ment ca­pi­tal du XV de France au pays de Galles ven­dre­di 21 fé­vrier, pour la troi­sième jour­née du Tour­noi, l’en­ca­dre­ment du XV de France a dé­ci­dé de ti­rer pro­fit d’un ar­ticle de la nou­velle conven­tion si­gnée entre la Ligue ( LNR) et la Fé­dé­ra­tion ( FFR). Mal­gré la jour­née de cham­pion­nat le wee­kend pro­chain, il a de­man­dé la mise au re­pos des douze joueurs qui ont dé­bu­té lors des vic­toires contre l’An­gle­terre ( 26- 24) et l’Italie ( 30- 10). Sont concer­nés : les Tou­lou­sains Nyan­ga, Pi­ca­moles, Dous­sain et Hu­get, les Cler­mon­tois Do­min­go et Fo­fa­na, le Mont­pel­lié­rain Mas, le Tou­lon­nais Bas­ta­reaud, le Cas­trais Du­lin, les Pa­ri­siens Pa­pé et Plis­son et le Ra­cing­man Le Roux. Après « une concer­ta­tion entre gent­le­men » , comme l’a ap­pe­lée Saint- An­dré hier ma­tin, il a ob­te­nu gain de cause. Les douze de­vraient même se réunir dès sa­me­di ma­tin à Mar­cous­sis. Mais cet épi­sode fait grin­cer des dents du cô­té des clubs. « Oui, c’est abu­sif » , lâche ain­si Pierre Ar­nald, di­rec­teur gé­né­ral du Stade Fran­çais.

nLe conflit couve

A Tou­louse, le pré­sident Jean- Re­né Bous­ca­tel parle « d’ar­bi­traire le plus com­plet » . Guy No­vès, son en­traî­neur, ajoute : « Je me plie­rai à ce qui me se­ra im­po­sé, comme tou­jours. Ce qui m’énerve, c’est la contrainte. Car je n’ai pas at­ten­du une conven­tion pour per­mettre aux joueurs in­ter­na­tio­naux de ré­cu­pé­rer. » De son cô­té, Mou­rad Boud­jel­lal ex­plique : « Oui, nous lais­se­rons Bas­ta­reaud au re­pos car nous y sommes obli­gés. Mais ce sys­tème ne peut plus conti­nuer, ça va ex­plo­ser. »

Au Stade Fran­çais, le pré­sident

Rémi Ta­lès, de­mi d’ou­ver­ture de Castres, a été rap­pe­lé dans le groupe de 30 joueurs qui pré­pa­re­ra le dé­pla­ce­ment des Bleus au pays de Galles au dé­tri­ment de Fran­çois Trinh- Duc. Il souf­frait jusque- là d’une bles­sure aux cer­vi­cales. Le troi­sième ligne de Cler­mont Alexandre La­pan­dry rem­place nu­mé­ri­que­ment l’ar­rière de Castres Geof­frey Pa­lis.

( avec le bal­lon). Thomas Savare a don­né l’au­to­ri­sa­tion à son en­traî­neur Gon­za­lo Que­sa­da de faire jouer Plis­son ou Pa­pé « s’il consi­dère qu’il en a be­soin » . Mais le coach avait dé­jà pré­ve­nu la se­maine der­nière qu’il fe­rait « du cas par cas, en fonc­tion des in­té­rêts de l’équipe de France » . Le conflit couve, d’au­tant que la conven­tion ne pré­voit pas ex­pli­ci­te­ment de sanc­tions en cas de non- res­pect de ces dis­po­si­tions. Et le cas de fi­gure pour­rait se re­pré­sen­ter lors de la 21e jour­née, pré­vue les 22 et 23 fé­vrier. « C’est la porte ou­verte à tout » , ré­sume Pierre Ar­nald. « Je fe­rai les re­cours né­ces­saires contre cette dé­ci­sion de l’en­ca­dre­ment des Bleus et la conven­tion » , conclu Jean- Re­né Bous­ca­tel.

Stade de France ( Saint- De­nis), di­manche. Avant le match au pays de Galles le 21 fé­vrier, le staff tri­co­lore a de­man­dé la mise au re­pos de douze joueurs lors de la jour­née de Top 14 du week- end pro­chain, dont Fo­fa­na ( à gauche) et Bas­ta­reaud

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.