Sexy… ou sexiste ?

Clips. A quoi jouent Ri­han­na, Sha­ki­ra, Brit­ney Spears ou Mi­ley Cy­rus ? Le CSA, le gen­darme de l’au­dio­vi­suel, a dé­ci­dé de s’at­ta­quer aux sté­réo­types ma­chistes dans les vi­déos mu­si­cales.

Le Parisien (Paris) - - Loisirs Et Spectacles - CHAR­LOTTE MOREAU ET CARINE DI­DIER

Peut- on constam­ment jouer les ob­jets de dé­sir dans ses clips et ne pas col­por­ter de sté­réo­types sexistes ? Si la ques­tion concerne da­van­tage les vi­déos des chan­teuses amé­ri­caines Mi­ley Cy­rus, Brit­ney Spears, Ri­han­na et Sha­ki­ra que celles de leurs consoeurs fran­çaises Shy’m, Tal ou Elo­die Fré­gé elle va tout de même être sai­sie par le CSA.

Le gen­darme de l’au­dio­vi­suel en­tend se mo­bi­li­ser sur la ques­tion. « La sur­en­chère à la­quelle se livrent cer­tains ar­tistes […] s’ap­pa­rente sou­vent à une forme de ba­na­li­sa­tion, voire de va­lo­ri­sa­tion, de la por­no­gra­phie, au re­gard no­tam­ment de la mise en scène de femmes dans des codes de sou­mis­sion » , s’in­quiètent les sages dans le bi­lan 2013 du groupe de tra­vail sur les droits des femmes. A sa tête, Syl­vie Pierre- Bros­so­lette ne veut pas en res­ter là. « Il s’agi­ra de me­ner une concer­ta­tion avec les dif­fé­rents ac­teurs ( NDLR : chaînes, ra­dios, pro­duc­teurs, ar­tistes…), pré­voit- elle. Mais il est plus dif­fi­cile d’im­po­ser un code de bonne conduite pour les clips car on touche à la li­ber­té de créa­tion, de di­ver­tir. »

Vingt- cinq ans après Madonna, en plein peep- show dans « Open Your Heart » ( 1986) ou plan bon­dage dans « Ero­ti­ca » ( 1992), peut- on en­core par­ler de créa­tion ? Si la pion­nière du clip sul­fu­reux a su ne ja­mais s’en­fer­mer dans un sta­tut de femme ob­jet, ses hé­ri­tières peuvent- elles re­ven­di­quer le même dis­cours li­ber­taire, au mo­tif qu’elles ne jouent pas les fi­gu­rantes comme les bim­bos muettes de cer­tains clips de hip- hop ? « J’ai l’im­pres­sion que je suis l’une des plus grandes fé­mi­nistes du monde parce que je dis aux femmes de ne pas avoir peur des choses » , a dé­cla­ré cet au­tomne dans une in­ter­view à la BBC Mi­ley Cy­rus, 21 ans, ex- hé­roïne d’ « Han­nah Mon­ta­na » .

Une pos­ture mo­rale in­dé­fen­dable aux yeux des fé­mi­nistes ( voir ci- des­sous). Qui ne re­com­mandent pas pour au­tant la cen­sure face aux fan­tasmes bri­co­los de Mi­ley, nue sur une boule de dé­mo­li­tion ou lé­chant un mar­teau ( « Wre­cking Ball » ) , aux coups de cra­vache et de fouet de Brit­ney Spears ( « Work B** ch » ) ou aux tré­mous­se­ments sa­phiques du duo Ri­han­na- Sha­ki­ra ( « Can’t Re­mem­ber to For­get You » ) .

Li­ly Al­len se moque de Mi­ley Ci­rus

« On ne rend pas ser­vice aux en­fants en vou­lant les pré­ser­ver, il faut les équi­per, leur ex­pli­quer » , note l’his­to­rienne et fé­mi­niste Flo­rence Mon­trey­naud, fon­da­trice des Chiennes de garde. « Les fa­milles doivent dé­ve­lop­per l’es­prit critique de leurs en­fants » , ren­ché­rit la psychologue Béa­trice Cop­per- Royer. Car certes, ce type de sé­quences est in­ter­dit à la té­lé­vi­sion avant 22 heures, comme l’a rap­pe­lé le CSA le mois der­nier en bat­tant le rap­pel à pro­pos des vi­déos de Mi­ley et Brit­ney, mais il suf­fit d’al­ler sur You­Tube pour les consul­ter en toute li­ber­té.

En lan­çant une concer­ta­tion à la source, le Conseil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel n’en­tend plus sim­ple­ment agir au nom de la pro­tec­tion de la jeu­nesse. Mais dans l’in­té­rêt du beau sexe en gé­né­ral. Toutes les pop stars n’en se­ront pas mé­con­tentes. Li­ly Al­len au pre­mier chef, qui dans son clip « Hard Out There » , se moque du « twerk » ( tré­mous­se­ment fes­sier) fré­né­tique de Mi­ley Cy­rus en chan­tant « I don’t need to shake my ass for you be­cause I’ve a brain » : « Je n’ai pas be­soin de re­muer les fesses pour toi parce que j’ai un cer­veau » . Tout est dit.

( DR.)

Les tré­mous­se­ments et ca­resses du duo Sha­ki­ra- Ri­han­na dans le clip « Can’t Re­mem­ber to For­get you » a in­ter­pel­lé le CSA qui compte me­ner une concer­ta­tion à pro­pos de ces clips pro­vo­cants.

( RCA Re­cords.)

Brit­ney Spears ( à gauche) cra­va­chant des jeunes femmes te­nues en laisse dans son clip « Work B** ch » et Mi­ley Ci­rus se ba­lan­çant nue sur une boule de dé­mo­li­tion dans « Wre­cking Ball » ont été dé­jà épin­glées par le CSA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.