« Ex­pli­quer aux en­fants, sans dia­bo­li­ser »

Béa­trice Cop­per- Royer, psychologue spé­cia­liste de l’en­fance

Le Parisien (Paris) - - Loisirs Et Spectacles - Pro­pos recueillis par C. M.

« Ces femmes qui prônent une cer­taine mo­der­ni­té, une li­ber­té loin des vieux cli­chés, se trans­forment pour­tant en ob­jets sexuels presque ar­chaïques. Mais il ne faut pas dia­bo­li­ser ces images, alerte Béa­trice Cop­per- Royer, psychologue cli­ni­cienne spé­cia­liste de l’en­fance et de l’ado­les­cence. Plu­tôt que de zap­per, mieux vaut au contraire les re­gar­der avec ses en­fants et les faire ré­flé­chir, quitte à leur mon­trer le co­mique de la si­tua­tion avec un peu d’hu­mour. Ce n’est pas parce qu’on bran­dit un fouet qu’on est une fem- me libre. Cette pé­da­go­gie est es­sen­tielle pour les filles entre 10 et 14 ans, qui peuvent re­pro­duire des at­ti­tudes de sé­duc­tion sans avoir conscience de leur por­tée.

» C’est à force de voir cette éro­ti­sa­tion comme une norme que naît chez les filles les plus vul­né­rables la hantise de ne pas pa­raître dé­gour­dies face aux gar­çons. Et que je vois ar­ri­ver dans mon ca­bi­net des ga­mines de 6e qui font des fel­la­tions dans les toi­lettes à la ré­cré, pour amu­ser les co­pains. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.