Ha­ro sur l’hu­mour noir

Dé­bat. Le CSA sai­si d’un sketch de Ni­co­las Can­te­loup sur le gé­no­cide rwan­dais, une blague sur Me­rah qui ne passe pas… La France de­vient- elle fri­leuse en hu­mour ?

Le Parisien (Paris) - - Télévision Et Médias - Can­te­loup a to­ta­le­ment rai­son de ne pas s’ex­cu­ser” Alain Ja­ku­bo­wicz, pré­sident de la Li­cra SYL­VAIN MERLE

« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » , di­sait Pierre Des­proges. Peut- on en­core ?

Fin jan­vier, l’hu­mo­riste Oli­vier de Be­noist a dû s’ex­cu­ser après une blague évo­quant Mo­ha­med Me­rah, le tueur de mi­li­taires et d’en­fants juifs de Tou­louse, dans « l’Emis­sion pour tous » , de Laurent Ru­quier sur France 2.

Sa­me­di soir, dans « On n’est cou­ché » , sur la Deux, c’est Ni­co­las Be­dos — me­na­cé de mort après une chro­nique sur Dieudonné et par ailleurs pour­sui­vi pour in­jures ra­ciales dans une chro­nique sur les An­tillais dans « Ma­rianne » — qui a conclu son in­ter­ven­tion en rap­pe­lant : « N’ou­bliez ja­mais que ça, c’est que pour s’amu­ser. »

« On fait une vanne, on doit s’ex­cu­ser. Une vanne, une ex­cuse ! […] Dès qu’un au­to­pro­cla­mé prof d’hu­mour vous met un car­ton jaune, faut s’ex­cu­ser ! » Au mi­cro d’Eu­rope 1, ven­dre­di ma­tin, Ni­co­las Can­te­loup ne s’est pas ex­cu­sé pour son sketch de la veille sur le gé­no­cide rwan­dais. L’hu­mo­riste imi­tait Ju­lien Cour­bet se pen­chant sur le « conflit de voi­si­na- ge » entre « mon­sieur Hu­tu » et « mon­sieur Tut­si » : « Vous avez dé­cou­pé, ma­che­té et car­pac­cio­té sa fa­mille, alors qu’ap­pa­rem­ment il n’en avait pas ex­pri­mé le dé­sir » . Un texte qua­li­fié d’ « ignoble » par le Conseil re­pré­sen­ta­tif des as­so­cia­tions noires ( Cran) qui a aus­si­tôt sai­si le CSA. « Dieudonné vient d’être for­te­ment ac­cu­sé pour son sketch sur la Shoah, c’est nor­mal » , sou­ligne Louis- Georges Tin, pré­sident du Cran. « Je de­mande la même exi­gence pour le Rwan­da, qu’il n’y ait pas deux poids deux me­sures » , pour­suit ce­lui qui de­mande au CSA d’en­ca­drer plus étroi­te­ment l’hu­mour por­tant sur les crimes contre l’hu­ma­ni­té.

Le len­de­main de la plainte du Cran Can­te­loup se dé­fen­dait : « Un gé­no­cide n’est ja­mais drôle […] Nous ten­tons juste de faire sou­rire avec une réa­li­té jus­te­ment parce qu’elle est tra­gique et donc in­sup­por­table » , a- t- il ex­pli­qué, ci­tant Beau­mar­chais : « Je me presse de rire de tout de peur d’être obli­gé d’en pleu­rer. »

En jan­vier, le gen­darme de l’au­dio­vi­suel avait dé­jà sanc­tion­né Ca­nal + pour un sketch sur le Rwan­da dans le cadre de l ‘ émis­sion hu­mo­ris­tique de Gilles Lel­louche et Jean Du­jar­din « le Grand Dé­bar­que­ment » . on y en­ten­dait des co­mé­diens chan­ter : « Ma­man est en haut cou­pée en mor­ceaux, Pa­pa est en bas, il lui manque un bras ... »

« On ap­pré­cie­ra le bon ou le mau­vais goût, mais Can­te­loup a to­ta­le­ment rai­son de ne pas s’ex­cu­ser » , com­men­tait hier Alain Ja­ku­bo­wicz, pré­sident de la Li­cra*. Se­lon le mi­li­tant as­so­cia­tif, « il n’y a pas de su­jet ta­bou et l’hu­mour peut et doit faire mal » . Cette fri­lo­si­té ac­tuelle, Ja­ku­bo­wicz l’ap­pelle « la ma­la­die d’hu­mour » pour la­quelle il pré­co­nise « une over­dose d’hu­mour » : « Al­lez- y, lâ­chez­vous, ba­lan­cez, ta­pez mais gar­dez votre cos­tume de scène, qu’on ne se trompe pas, qu’il n’y ait pas d’am­bi­guï­té que vous êtes dans l’hu­mour. »

( DR.)

« Le Dé­bar­que­ment 2 » , un sketch sur le gé­no­cide au Rwan­da dif­fu­sé sur Ca­nal +.

( LP/ Fré­dé­ric Du­git.)

Oli­vier de Be­noist.

( Eu­rope 1.)

Ni­co­las Can­te­loup.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.