« Ce­la de­vient un vrai bu­si­ness »

Sté­pha­nePeu, ad­joint PC àl’ha­bi­tat à Saint- De­nis ( Seine- Saint- De­nis)

Le Parisien (Paris) - - Le fait du jour - Pro­pos recueillis par GWENAEL BOUR­DON

Dans une ville comp­tant 6 000 lo­ge­ments dé­gra­dés, l’élu as­sure que le phé­no­mène s’ag­grave. Qui sont les mar­chands de som­meil ? STÉ­PHANE PEU. La no­tion est floue sur un plan ju­ri­dique. Le mar­chand de som­meil pro­fite de la pé­nu­rie de lo­ge­ments pour louer très cher des biens non en­tre­te­nus. Dans une co­pro­prié­té, il n’as­sume ni charges ni tra­vaux. De plus, ce­la contri­bue à me­na­cer la san­té et la vie des per­sonnes qu’il loge, en pro­vo­quant des in­cen­dies ou des in­toxi­ca­tions au mo- noxyde de car­bone en rai­son d’un chauf­fage dé­fec­tueux… Sont- ils plus nom­breux au­jourd’hui ? Oui, le phé­no­mène prend de l’am­pleur parce que la pé­nu­rie de lo­ge­ments s’ag­grave. Et il s’agit d’une dé­lin­quance en col blanc. A Saint- De­nis, le pro­prié­taire d’un im­meuble où a eu lieu un in­cen­die mor­tel en 2012 était prof d’uni­ver­si­té, ce n’était pas le Thé­nar­dier du coin ! Ce­la de­vient un vrai bu­si­ness, qui peut par­fois être lié au blan­chi­ment d’ar­gent sale. Comment lutte- t- on contre ce phé­no­mène ? La ré­ponse de la jus­tice s’est mus­clée. Sur la base d’un fi­chier des mar­chands de som­meil à Saint- De­nis, nous avons ob­te­nu des pre­mières condam­na­tions. Et la nou­velle loi, vo­tée la se­maine der­nière au Sé­nat, va chan­ger la donne, surtout dans les co­pro­prié­tés pri­vées. Elle in­ter­dit à ceux qui ont une dette à l’égard d’une ré­si­dence d’ache­ter de nou­veaux ap­par­te­ments. C’est très im­por­tant pour des villes comme Gri­gny ou Clichy- sous- Bois, qui se­ront mieux ar­mées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.