Huit pro­cès en­quatre ans àC­li­chy- sous- Bois

Le Parisien (Paris) - - Le fait du jour - G. B.

AC­li­chy, la guerre a dé­bu­té en 2010. Pour lut­ter contre les mar­chands de som­meil, à l’oeuvre dans les co­pro­prié­tés du Chê­nePoin­tu ( 1 500 lo­ge­ments), la ville met­tait en place une cel­lule de veille. Elle ras­semble des re­pré­sen­tants du pro­cu­reur de Bo­bi­gny, de l’agence ré­gio­nale de san­té, des ser­vices fis­caux, de la CAF, de la po­lice… Elle a aus­si ren­for­cé sa pe­tite équipe d’ins­pec­teurs d’hy­giène et de sa­lu­bri­té. Ob­jec­tif : coin­cer ces pro­prié­taires sans scru­pule en re­cou­pant les fi­chiers.

nRa­chat des ap­par­te­ments

La me­sure a payé : huit pro­cès en quatre ans, et six mar­chands de som­meil condam­nés dont l’un à quatre ans de pri­son, qui a fait ap­pel de la dé­ci­sion. Il avait lo­gé jus­qu’à 13 fa­milles dans un an­cien dis­pen­saire mi­sé­rable. Quinze mar­chands de som­meil sont au­jourd’hui iden­ti­fiés. Pour les em­pê­cher d’étendre leur em­prise, plu­sieurs di­zaines de lo­ge­ments vont être ache­tés par l’Agence fon­cière de la ré­gion pa­ri­sienne. « Les mar­chands de som­meil ont com­pris que Clichy n’était plus la poule aux oeufs d’or » , af­firme le maire PS Oli­vier Klein, qui s’est sys­té­ma­ti­que­ment por­té par­tie ci­vile lors des pro­cès. L’élu pointe néan­moins une dif­fi­cul­té ma­jeure : « Notre ca­pa­ci­té à re­lo­ger les vic­times. Il faut da­van­tage de lo­ge­ments so­ciaux. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.