Les­taxis­ne­dé­co­lè­rent­pas

Après la jour­née noire de lun­di, de­nom­breux chauf­feursde taxi ont pour­sui­vi leurs opé­ra­tions coup­de­poing hier. Une nou­velle mo­bi­li­sa­tion est pré­vue pour le 27 fé­vrier.

Le Parisien (Paris) - - Economie - BE­NOÎT HASSE ( AVEC STÉ­PHA­NIE AUGUY)

pour­sui­vi les opé­ra­tions coup de poing toute la jour­née d’hier, à l’aé­ro­port d’Or­ly, où les prises en charge de clients ont été em­pê­chées, mais aus­si à Rois­sy, sur l’au­to­route A 1, et même au coeur de la ca­pi­tale. Hier soir, 100 chauf­feurs ont en ef­fet ten­té de blo­quer la place de la Con­corde aux heures de pointe, avant d’être éva­cués par la po­lice.

nG­rève re­con­duc­tible et am­pli­fi­ca­tion du mou­ve­ment

Après une en­tre­vue avec un conseiller du Pre­mier mi­nistre qua­li­fiée de « dé­ce­vante » — elle s’était sol­dée par la confir­ma­tion de la no­mi­na­tion d’un mé­dia­teur, le dé­pu­té PS de Saône- et- Loire Thomas Thé­ve­noud —, les syn­di­cats à l’ini­tia­tive de la grève de lun­di ( CFDT, CGT, FO, SDCTP et CST) se sont réunis hier pour dé­ci­der de la suite du mou­ve­ment. Plus de trois heures de dis­cus­sions, hou­leuses et confuses, qui se sont sol­dées par un nou­vel ap­pel à la mo­bi­li­sa­tion.

« On de­mande un signe fort au gou­ver­ne­ment : l’ar­rêt im­mé­diat de l’en­re­gis­tre­ment de toute nou­velle so­cié­té de VTC. Jus­qu’à ce que de nou­velles règles soient im­po­sées à ces chauf­feurs qui font le même mé­tier que nous, mais sans nos contraintes » , ex­plique Ka­der Re­ma­na, dé­lé­gué CFDT qui par­ti­ci­pait à la réu­nion. « Tant que ce­la n’est pas fait, nous ap­pe­lons les col­lègues à la grève re­con­duc­tible » , an­non­çait- il hier soir en pro­met­tant même une am­pli­fi­ca­tion du mou­ve­ment avec la ve­nue pro­chaine dans la ca­pi­tale de taxis mar­seillais, ni­çois, lyon­nais…

Les re­pré­sen­tants des taxis ont ce­pen­dant in­vi­té leurs col­lègues à la le­vée des bar­rages et une grève des prises en charge « dans le calme » . Une consigne vi­si­ble­ment pas en­ten­due par toute la pro­fes­sion. « Il y a en­core eu des re­grou­pe­ments toute la jour­née. Une ving­taine de voi­tures à la gare du Nord, des ten­ta­tives de blo­cages à la Con­corde… Des mou­ve­ments spo­ra­diques et im­pré­vi­sibles » , confir­mait hier soir la pré­fec­ture de po­lice.

« Je ne cau­tionne pas ces ac­tions… mais je les com­prends. Avec la mon­tée en puis­sance des so­cié­tés de VTC ( il y en au­rait dé­sor­mais plus de 7 000 en France, dont la moi­tié en ré­gion pa­ri­sienne), on a fait naître des si­tua­tions de déses­poir chez les chauf­feurs. Leur ex­plo­sion de co­lère est lo­gique » , note Di­dier Ho­grel, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale du taxi.

Avec d’autres re­pré­sen­tants d’or­ga­ni­sa­tions pa­tro­nales, ain­si que la puis­sante G7 et Ges­cop, il a par­ti­ci­pé hier soir à une réu­nion ( dis­tincte de celle de l’in­ter­syn­di­cale) pour dé­ter­mi­ner s’il fal­lait avan­cer une ma­ni­fes­ta­tion na­tio­nale pro­gram­mée de­puis long­temps pour le 13 mars. Ré­ponse par l’af­fir­ma­tive : celle- ci au­ra lieu le 27 fé­vrier. Une mo­bi­li­sa­tion qui se vou­dra, se­lon ses termes, re­con­duc­tible.

( LP/ Ar­naud Du­mon­tier.)

Place de la Con­corde, Pa­ris ( VIIIe), hier soir. Un cen­taine de chauf­feurs de taxis ont ten­té de blo­quer la cir­cu­la­tion avant d’être dé­lo­gés par la po­lice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.