Les Lillois se tirent d’af­faire au bout du sus­pense

Lille - Caen( L 2) 3- 3, 6 tirs au bu­tà 5

Le Parisien (Paris) - - Sports - LILLE ( NORD) De notre correspondante GAËLLE LAURENT

Mal­gré le soulagement après la qua­li­fi­ca­tion ac­quise à l’is­sue des tirs au but ( 6- 5), les Lillois n’avaient pas le sou­rire en quit­tant le stade Pierre- Mau­roy. Loin de là. Au­de­là de la dé­cep­tion d’avoir réa­li­sé un match moyen, les Nor­distes ont surtout été tou­chés par le com­por­te­ment du pu­blic lillois, qui a cham­bré Steeve Ela­na sur cha­cun de ses ballons. Cou­pable d’une mau­vaise re­lance sur le pre­mier but de Koï­ta ( 14e), le gar­dien nor­diste est aus­si im­pli­qué sur le deuxième ( 28e). Bal­mont a fait part de sa « dé­cep­tion » , Gi­rard de son aga­ce­ment. « C’était chaud comme si­tua­tion, a ex­pli­qué Ro­zeh­nal. Il a fait une er­reur sur le but, c’est vrai, mais ça ar­rive et je sa­vais qu’il al­lait faire un bon match par la suite. » A la mi- temps, Ela­na, ha­bi­tuel­le­ment dis­cret, presque ré­ser­vé dans le ves­tiaire, a pris la pa­role pour ras­su­rer les jeunes joueurs que Re­né Gi­rard avait choi­sis d’ali­gner. L’en­traî­neur lillois a d’ailleurs rap­pe­lé qu’ils avaient en­core du pain sur la planche pour conqué­rir dé­fi­ni­ti­ve­ment sa confiance.

« Pour la pre­mière fois de ma vie, je me suis ex­pri­mé de­vant mes équi­piers, a ra­con­té Ela­na après match. Prendre ce but au bout d’un quart d’heure a fra­gi­li­sé l’équipe alors que ça n’avait pas lieu d’être. Je leur ai dit que la pre­mière mi- temps était pour moi et que je comp­tais sur eux pour in­ver­ser la ten­dance. Il fal­lait qu’ils ne perdent pas confiance. Les sup­por­teurs ? Je vais être ra­pide sur ce su­jet. Je peux com­prendre leur ré­ac­tion. » Ro­de­lin ( 33e) avant la mi­temps, De­la­place ( 76e) puis Roux ( 83e) ont re­mis le Losc sur les rails mais les Caen­nais sont par­ve­nus à éga­li­ser dans le temps ad­di­tion­nel sur un but contre son camp de Ro­de­lin ( 90e+ 2). Il a fal­lu at­tendre les tirs au but pour voir Lille se qua­li­fier au bout du sus­pense. « Je pense que la no­tion de groupe a pris tout son sens lors de cette soi­rée, sou­ligne Ela­na. A titre per­son­nel, on va dire que c’était un match aty­pique. Main­te­nant, on est qua­li­fiés et c’est le plus im­por­tant. » Le Losc ne re­tien­dra pas grand- chose de plus de ce mar­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.