« Onest moins con en vieillis­sant! »

Fic­tion. Catherine Ja­cob­joue la fille d’Huguette etRay­mond­dans le prime time de « Scè­nesde mé­nages » ( M6, 20 h 45). Un­rôle de com­po­si­tion. Ren­contre.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Et médias - Pro­pos recueillis par cArIne dI­dIer

Les fans de « Scènes de mé­nages » la ré­cla­maient. Ils vont être ( bien) ser­vis ce soir en dé­cou­vrant Ca­ro­line, la fille d’Huguette et Ray­mond, dans l’une des say­nètes de « Te­nue cor­recte exi­gée » , le prime time de la sé­rie de M 6. In­vi­tée comme d’autres per­son­na­li­tés ( Fré­dé­rique Bel, An­dré Ma­nou­kian, Elie Se­moun…), Catherine Ja­cob s’est ins­tal­lée avec dé­lec­ta­tion chez le couple de re­trai­tés ron­chons et sar­cas­tiques. Un nu­mé­ro pi­quant où la fille « ché­rie » , fau­chée, se ré­vèle à la hau­teur de ses pa­rents de té­lé­vi­sion ! A l’ins­tar de son per­son­nage, la co­mé­dienne, 57 ans, qui jongle entre le ci­né­ma ( bien­tôt dans « Di­vorce à la fran­çaise » ) , le théâtre ( elle vient de jouer « le Voya­geur sans ba­gage » de Jean Anouilh) et la té­lé­vi­sion, n’a pas sa langue dans la poche. Etes- vous fan de « Scènes de mé­nages » ?

catherine Ja­cob. Je re­garde de temps en temps. J’avais croi­sé Gé­rard Her­nan­dez ( NDLR : Ray­mond) et j’étais at­ten­drie à l’idée de ren­con­trer Ma­rion Game ( Huguette). Ils sont trop mi­gnons ! Quel était votre état d’es­prit en vous ins­tal­lant dans leur ca­na­pé ? J’avais le trac ! En vieillis­sant, on est moins con qu’en dé­bu­tant : on est conscient des dan­gers. Dans cette sé­rie, tout est fil­mé en plan­sé­quence : rien n’est dé­cou­pé. Quand on vous dit « Mo­teur » , il faut être de­dans tout de suite. De quel mé­nage vous sen­tez- vous la plus proche ? Au­cune fa­mille ne me cor­res­pond. Et dans la vie, je ne suis pas la fille d’Huguette et Ray­mond, ce vieux couple fa­ti­gué pour le­quel le ma­riage est bon car il per­met de s’en­gueu­ler avec sa moi­tié. C’est de la co­mé­die, une loupe gros­sis­sante sur les ma­ni­pu­la­tions pa­rents- en­fants. Per­son­nel­le­ment, la fa­mille, ce n’est pas mon truc ! On vous voit pour­tant sou­vent dans des co­mé­dies fa­mi­liales… Au ci­né­ma, une femme de plus de 40 ans est obli­ga­toi­re­ment ma­riée ou di­vor­cée, et si pos­sible avec des en­fants entre 8 et 22 ans ! Les scé­na­ristes fran­çais sont à la ra­masse : ils vivent comme dans les an­nées 1970 ! Et les scé­na­rios écrits par des hommes res­tent bour­rés de cli­chés : les femmes pas trop dé­biles qui réus­sissent leur car­rière ont for­cé­ment des pro­blèmes ! Celles que je connais sont pour­tant épa­nouies

et bien dans leur vie. La fa­mille est au coeur de l’ac­tua­li­té. Pour ou contre le ma­riage pour tous ? Plu­tôt pour. Je ne vois pas pour­quoi cer­tains in­ter­di­raient à d’autres de se ma­rier. Je suis pour la li­ber­té de cha­cun. Et je n’ai pas de le­çons à don­ner.

On ne peut pas jouer un seul rôle

toute sa vie”

On vous re­trouve quand à l’écran ? Je viens de par­ti­ci­per à « Trois Ma­riages et un coup de foudre » pour France 2, une co­mé­die exis­ten­tielle sur la quête de soi réa­li­sée par Gilles de Maistre et tour­née en Is­raël. J’in­ter­prète une mère juive qui tient une bou­tique de mode et se déses­père que sa grande fi­fille ne soit pas ma­riée. Etre une mère juive qui rêve de ma­riage me fait beau­coup rire : c’est mon type d’hu­mour. Gilles De Maistre filme ca­mé­ra à l’épaule avec ou sans au­to­ri­sa­tion. Il y avait des po­li­ciers ar­més par­tout. Ce­la fai­sait par­tie du pi­quant de la chose. A quel autre rôle as­pi­rez- vous ? En vieillis­sant, ce mé­tier de­vient plus in­té­res­sant. Entre 20 et 30 ans, vous êtes une nym­phette. A 3545 ans, on vous pro­pose des rôles de femmes ma­riées ou di­vor­cées. Après, vous pou­vez in­car­ner des per­son­nages moins for­ma­tés, plus étayés et plus bi­zarres aus­si. Et on est moins nom­breuses à mon âge, car c’est trop dur. Beau­coup lâchent en route ! Prête à revenir chez Huguette et Ray­mond ? Re­jouer Ca­ro­line se­rait juste un clin d’oeil. Il faut va­rier les plai­sirs. On ne peut pas jouer un seul rôle toute sa vie.

( M6/ C. Rogue.)

Catherine Ja­cob en­tou­ré par Gé­rard Her­nan­dez et Ma­rion Game.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.