C’était­la­pre­miè­reen­fants­tar

Dis­pa­ri­tion. L’Amé­rique aper­du­so­né­ter­nel­lePe­ti­teFian­cée, Shir­leyTemple, quis’est étein­teà85ans, aprè­su­ne­vie­de­ro­ma­nau­ci­né­ma­puis­dans­la­di­plo­ma­tie.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Et médias - THIer­rY dAGue

Bou­clettes, soc­quettes, cla­quettes : la fillette par­faite ! Avec son look d’élève mo­dèle et son ado­rable bouille, Shir­ley Temple fut la pre­mière en­fant star. Icône des an­nées 1930- 1940, cé­lèbre à 5 ans, re­trai­tée à 22, elle est morte hier dans sa pro­prié­té de Wood­side, en Ca­li­for­nie, à 85 ans. Outre- At­lan­tique, on l’ap­pelle tou­jours la Pe­tite Fiancée de l’Amé­rique. Celle qui sa­vait chan­ter, dan­ser et jouer la co­mé­die a trim­bal­lé ses pe­tits pe­tons dans une cin­quan­taine de films entre 1933 et 1949. « Boucles d’or » , « Hei­di » , « le Pe­tit Co­lo­nel » font par­tie des hits de Shir­ley qui re­çut à l’âge de 6 ans, en 1934, un Os­car spé­cial pour sa contri­bu­tion ex­cep­tion­nelle au ci­né­ma !

nA­dulte, elle fuit Hol­ly­wood

Re­pé­rée dès l’âge de 3 ans par deux pro­duc­teurs, la pe­tite Shir­ley a ra­pi­de­ment quit­té son cours de danse de Los An­geles, où l’avait ins­crite sa mère, pour re­joindre les pla­teaux de Hol­ly­wood. « Je ne sa­vais pas ce qu’était une ac­trice, mais j’étais contente d’en être une » , se sou­vien­dra plus tard la star. Pou­pées à son ef­fi­gie, ma­ga­zines à son nom — en France, les pe­tites filles s’ar­ra­chaient « Fillette, le jour­nal de Shir­ley » — et pa­quets de cé­réales : Shir­ley Temple était un pro­duit dé­ri­vé avant l’heure.

Con­trai­re­ment à d’autres fu­turs en­fants stars ca­bos­sés, comme Drew Bar­ry­more ou Macau­lay Cul­kin, elle a fui Hol­ly­wood une fois adulte et a en­clen­ché une éton­nante deuxième car­rière : après deux ma­riages et un bref come- back dans une émis­sion pour en­fants en 1958, elle s’en­gage en po­li­tique. Elue dé­pu­tée, elle de­vient chef du pro­to­cole à la Mai­son- Blanche, am­bas­sa­drice au Gha­na puis en Tché­co­slo­va­quie, où elle est aux pre­mières loges de la ré­vo­lu­tion de Ve­lours en 1989.

A son corps dé­fen­dant, Shir­ley Temple a mar­qué la culture pop mon­diale. Sal­va­dor Da­li a col­lé sa tête sur un corps de sphinx dans son ta­bleau « le Plus Jeune Monstre sa­cré du ci­né­ma de son temps » . Les Beatles lui ont of­fert une place sur la po­chette de « Ser­gent Pep­per’s Lo­ne­ly Hearts Club Band » . Shir­ley a même une bois­son à son nom : un cock­tail sans al­cool, mé­lange de grenadine, de li­mo­nade et de Ca­na­da Dry. Tou­te­fois, quand on lui de­man­dait quelle était sa plus grande fier­té, elle ré­pon­dait : « Mes trois en­fants, ma pe­tite- fille et mes deux ar­riè­re­pe­tites- filles. »

( AP.)

L’ac­trice Shir­ley Temple, ici à l’âge de 8 ans en 1936, a joué dans une cin­quan­taine de films entre 1933 et 1949.

( Reuters.)

En 2006.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.