LeIIe, chas­se­gar­dée­de­sé­co­los

Jac­quesBou­tault, le seul maire EELVde la ca­pi­tale, va ten­ter de dé­cro­che­run­troi­siè­me­man­dat. Faute d’avoir été­dé­si­gné can­di­dat à la mai­rie par son­par­ti, il dé­fend son­bi­lan à la tê­te­duIIe ar­ron­dis­se­ment.

Le Parisien (Paris) - - Paris - PHI­LIPPE BAVEREL

Il n’est ja­mais ar­ri­vé en tête au pre­mier tour. Ni en 2001, ni en 2008. A chaque fois, c’est le can­di­dat so­cia­liste qui a vi­ré en tête. Jacques Bou­tault a pour­tant été élu, puis ré­élu maire du IIe ar­ron­dis­se­ment. Une si­tua­tion po­li­tique aty­pique qu’Hé­lène Delsol, sa ri­vale UMP, ca­ri­ca­ture un peu crû­ment : « Les élec­teurs qui votent so­cia­liste au 1er tour se re­trouvent co­cus au 2e puis­qu’ils se re­trouvent avec un maire vert! »

Hé­lène Delsol re­proche aus­si à Jacques Bou­tault d’être « plus pré­oc­cu­pé » par « les grandes causes » que la vie lo­cale, d’or­ga­ni­ser « ex­pos et dé­bats sur l’ex­ci­sion en Afrique, la vie en pri­son… » Et ne goûte guère les fruits de ce la­bo­ra­toire de l’éco­lo­gie po­li­tique qu’est de­ve­nu le IIe.

n83 % de bio à la can­tine

Au terme de ses deux man­dats, Jacques Bou­tault, seul maire EELV de la ca­pi­tale, en est au contraire fier. Il met en avant un chiffre qu’il pré­sente comme « un re­cord de France dans une grande ville » : 83 % des ali­ments ( en va­leur d’achat) ser­vis dans les can­tines du IIe sont dé­sor­mais bio.

Autre mo­tif de sa­tis­fac­tion : l’ar­ron­dis­se­ment, un des plus pe­tits de Pa­ris, est éga­le­ment pas­sé d’une cen­taine de lo­ge­ments so­ciaux en 2001 à 600 au­jourd’hui. Quant aux ter­rasses qui font le charme de la rue Mon­tor­gueil, il semble que la charte ins­tau­rée en sep­tembre 2012 im­po­sant aux commerçants de lais­ser un es­pace libre d’au moins un mètre de large sur le trottoir pour les pié­tons ait réus­si à li­mi­ter les ex­cès. Hé­lène Delsol n’en croit pas un mot : « Le maire fait la chasse aux ter­rasses. Jean- Paul Mau­rel, son ad­joint à la voi­rie, se pro­mène dans les rues avec un mètre de chan­tier, c’est triste d’en ar­ri­ver là ! Les commerçants n’en peuvent plus. »

Dé­si­reux de pour­suivre son ac­tion, Jacques Bou­tault — qui dé­nonce « la can­di­date d’une droite dure et ré­ac­tion­naire qui a par­ti­ci­pé à toutes les ma­ni­fes­ta­tions contre le ma­riage pour tous l’hi­ver der­nier » — est donc re­par­ti en cam­pagne. Avec un slo­gan : « Un ar­ron­dis­se­ment qui res­pire, ras­semble et in­nove » .

Son pro­gramme com­prend trois en­ga­ge­ments prin­ci­paux : « mettre l’en­semble du quar­tier en zone 30 » ; « ac­croître le nombre de pistes cy­clables sur la chaus­sée et non sur le trottoir » ; « ai­der les ha­bi­tants à faire des tra­vaux dans leur lo­ge­ment pour ré­duire leur fac­ture éner­gé­tique » . Ob­jec­tif : « Que la gauche l’em­porte pour que je puisse être ré­élu maire. »

Une am­bi­tion que par­tage plei­ne­ment Vé­ro­nique Le­vieux, tête de liste so­cia­liste dans le IIe, à ce­ci près que cette qua­dra af­firme, elle aus­si, « se battre pour être maire du IIe » . Et d’iro­ni­ser sur son ri­val éco­lo : « Sa pre­mière vo­lon­té, c’était d’être can­di­dat EELV à la mai­rie de Pa­ris, avant de se re­plier sur un troi­sième man­dat dans le IIe… »

( LP/ Phi­lippe de Poul­pi­quet.)

Rue Mon­tor­gueil ( IIe). Hé­lène Delsol, la tête de liste UMP, ac­cuse les Verts de faire la chasse aux ter­rasses dans le quar­tier pié­ton de Mon­tor­gueil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.