Ces can­di­dats qui sentent le soufre

Mis en exa­men ou dé­jà condam­nés, ils font cam­pagne comme si de rien n’était de­vant des élec­teurs sou­vent plus clé­ments que les juges.

Le Parisien (Paris) - - La Une - DI­DIER MICOINE ET HEN­RI VERNET

Pour Serge Das­sault, cette élec­tion mu­ni­ci­pale ne se­ra pas comme les autres. Si le cé­lèbre avion­neur sou­haite fi­gu­rer, as­sure- t- il, sur la liste UMP conduite par son fi­dèle Jean- Pierre Bech­ter dans son fief de Cor­beil- Es­sonnes, ce ne se­ra sû­re­ment pas le scé­na­rio dont il pou­vait rê­ver. Hier, le bureau du Sé­nat a vo­té à main le­vée, en toute trans­pa­rence, la le­vée de l’im­mu­ni­té du sé­na­teur de 88 ans, ou­vrant la voie à une pos­sible garde à vue dé­bou­chant el­le­même, peut- être, sur une mise en exa­men d’un des hommes les plus puis­sants de France pour « achat de voix » .

nRé­ha­bi­li­ta­tion par les urnes

Ce­la em­pê­che­rait- il sa liste de l’em­por­ter? Rien n’est moins sûr : en France, les élec­teurs ne re­chignent pas à élire des per­son­na­li­tés po­li­tiques ayant, ou ayant eu, maille à par­tir avec la jus­tice. De Pa­trick Bal­ka­ny à Ber­nard Ta­pie en pas­sant par Hen­ri Em­ma­nuel­li et même Alain Jup­pé, ils sont lé­gion à être ain­si pas­sés, et par­fois avec un non- lieu à l’ar­ri­vée, par la case jus­tice avant de connaître la ré­ha­bi­li­ta­tion par les urnes. Sou­vent la seule qui vaille, à leurs yeux. A croire que fré­quen­ter le ca­bi­net du juge d’ins­truc­tion de­vien­drait pres­qu’aus­si ba­nale que celle de la salle des Quatre Co­lonnes à l’As­sem­blée ! L’im­mense ma­jo­ri­té des quelque 600 000 élus ( dé­pu­tés, sé­na­teurs, maires, conseillers ré­gio­naux, gé­né­raux, etc.) sont hon­nêtes. Pro­blème : on voit surtout les mou­tons noirs. Et le ( mau­vais) exemple vient du som­met : à peine avaient- ils quit­té l’Ely­sée que deux an­ciens pré­si­dents, Jacques Chi­rac puis Ni­co­las Sar­ko­zy, se virent rat­tra­pés par la jus­tice. Si le pre­mier est au­jourd’hui re­ti­ré de la vie po­li­tique, le se­cond fait tout pour y revenir…

Quant à ce cru mu­ni­ci­pal 2014, il a son lot de can­di­dats en dé­li­ca­tesse avec la loi ( lire ci- des­sous et page 3). Et n’a- t- on pas ap­pris ré­cem­ment le nou­veau re­tour à Bé­thune ( Pas- de- Ca­lais) de l’ex- mi­nistre et an­cien maire PS Jacques Mel­lick, ce proche de Ta­pie con­dam­né dans l’af­faire du match tru­qué OM- VA ? Non seule­ment en France les po­li­tiques ne décrochent ja­mais, mais les élec­teurs sont sou­vent en­clins à tout leur par­don­ner…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.