Un­vo­te­ci­toyen­pour gar­der­le­sur­gences en­pleinPa­ris

Uns­cru­tin va être or­ga­ni­sé­par les op­po­sants au­dé­man­tè­le­ment de l’Hô­tel- Dieu, si­tué à deux­pas de la ca­thé­drale Notre- Dame.

Le Parisien (Paris) - - Economie - DA­NIEL ROSENWEG

On pen­sait que l’ar­ri­vée à la tête de l’As­sis­tance pu­bli­queHô­pi­taux de Pa­ris ( AP- HP) de Mar­tin Hirsch, an­cien haut- com­mis­saire aux So­li­da­ri­tés ac­tives du gou­ver­ne­ment Fillon, avait pa­ci­fié la si­tua­tion dans l’ins­ti­tu­tion et à l’Hô­tel- Dieu en par­ti­cu­lier. Hier, pour­tant, le conflit a re­bon­di. Ex­pli­ca­tions.

Le « co­mi­té de dia­logue » mis en place par Mar­tin Hirsch et inau­gu­ré mar­di a mal tour­né. La CGT et FO qui avaient « mis en préa­lable » à leur par­ti­ci­pa­tion que soit évo­qué l’ave­nir des ur­gences de l’Hô­telDieu ( IVe ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris) n’ont pas ob­te­nu gain de cause et sont par­tis en cla­quant la porte. « Mon­sieur Hirsch n’était même pas là et l’ordre du jour était fi­ce­lé » , ex­plique Ro­se­may Rous­seau, se­cré­taire gé­né­rale de la CGT pour l’AP- HP. L’ab­sence du di­rec­teur gé­né­ral a été an­non­cée aux syn­di­cats dès le 24 jan­vier, se dé­fend l’APHP, « ça n’était pas une sur­prise » .

« Puis­qu’on veut fer­mer l’Hô­telDieu au nom des ci­toyens, eh bien de­man­dons leur avis aux ci­toyens » , s’agace Ro­se­may Rous­seau dont le syn­di­cat, avec le co­mi­té de sou­tien, a lan­cé hier ma­tin une « vo­ta­tion ci­toyenne » ré­cla­mant l’ar­rêt du dé­man­tè­le­ment de l’hô­pi­tal le plus cen­tral de Pa­ris ( ce der­nier est si­tué sur le par­vis de Notre- Dame de Pa­ris). C’est la se­conde fois en France qu’un tel scru­tin est or­ga­ni­sé. 10 000 bul­le­tins et au­tant d’af­fiches ont été ti­rés. « La consul­ta­tion du­re­ra jus­qu’à la fin des mu­ni­ci­pales » , pré­vient la se­cré­taire gé­né­rale. « Si on veut nous faire taire avant, pour fer­mer après, c’est ra­té ! » ren­ché­rit le doc­teur Gé­rald Kier­zek, ex- responsable du Smur et porte- pa­role du Co­mi­té de sou­tien à l’hô­pi­tal.

nMar­tin Hirsch désa­voué

Cette vo­ta­tion sonne comme un pre­mier désa­veu pour Mar­tin Hirsch qui avait su apai­ser l’ins­ti­tu­tion jusque- là. Son en­tou­rage rap­pelle que « rien n’est joué » et que des pro­po­si­tions nou­velles se­ront faites cou­rant mai au su­jet de l’Hô­telDieu. « Les ser­vices d’ur­gence des hô­pi­taux de l’AP- HP sont qua­si quo­ti­dien­ne­ment dans le rouge, en par­tie à cause du trans­fert de l’ac­ti­vi­té de l’Hô­tel- Dieu » , ex­plique l’ur­gen­tiste Christophe Prud­homme, de la fé­dé­ra­tion San­té- CGT. Les in­ci­dents ne sont pas rares » , ajoute- til, avant de dé­fendre l’idée « d’uti­li­ser les lo­caux neufs de l’Hô­telDieu pour en faire un hô­pi­tal de proxi­mi­té » .

Pa­ris ( IVe), le 4 no­vembre. De­puis, les pom­piers n’amènent plus de pa­tient dans ce ser­vice. Avec cette vo­ta­tion, les syn­di­cats veulent s’in­vi­ter dans la cam­pagne mu­ni­ci­pale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.