Fa­doua et Her­vé, dra­gueurs re­pen­tis, convolent en juin

Le Parisien (Paris) - - Le fait du jour - FL. G.

Il y a des oeillades qui vous font sen­tir de trop. Fa­doua et Her­vé, tous sou­rires com­plices et gestes ca­jo­leurs, n’avaient pour­tant pas le pro­fil de doux rê­veurs sur At­trac­tive World : il y a trois ans en­core une pho­to d’eux s’em­bras­sant sur la butte Mont­martre à Pa­ris les au­rait fait hur­ler au cli­ché. « Je me suis ins­crit sur les sites il y a dix ans, pour moi c’était clai­re­ment pour m’amu­ser » , ex­plique fran­che­ment Her­vé, 40 ans, qui or­ga­nise son ma­riage avec Fa­doua, 29 ans pour juin. A l’époque,

dans les bars, au res­tau-

C’est scien­ti­fique, on ne peut pas trou­ver l’homme de sa vie si on fait pas beau­coup de ren­contres”

Fa­doua

rant, aux soi­rées entre amis et der­rière son écran ce dra­gueur ac­croche, lou­voie, joue des ca­lem­bours et de sa « fa­ci­li­té à écrire » pour sé­duire. « Sur In­ter­net, j’avais ce be­soin de per­for­mance. J’étais cu­rieux de voir comment avec des mots seule­ment, sans le re­gard ni l’at­ti­tude j’al­lais pou­voir convaincre. » Chaque jour, il passe au moins une heure sur dif­fé­rents sites à ta­po­ter sur son cla­vier en stra­tège. Cette jo­lie brune pra­tique l’équitation ? Il se ren­seigne sur le monde équestre. Elle tra­vaille dans le mé­di­cal ? Il peut dé­gai­ner ses quelques connaissances en ma­tière de sté­tho­scope. « C’est in­do­lore, on ne prend au­cun risque » , ad­met ce mu­si­cien.

« J’étais dans la même dy­na­mique. Je n’étais pas sur In­ter­net pour ren­con­trer l’âme soeur » , ren­ché­rit sans am­bages Fa­doua, fi­dèle aux sites de ren­contre de­puis l’âge de 16 ans. « Mais j’ai tou­jours ren­con­tré beau­coup d’hommes dans la vraie vie, à tra­vers mon club de ran­don- née ou au travail » , confie la jeune femme aux traits dé­li­cats. « C’est scien­ti­fique, on ne peut pas trou­ver l’homme de sa vie si on ne fait pas beau­coup de ren­contres. » Par­mi la cen­taine, « au moins » , de ren­dez- vous post- cla­vier que Fa­doua re­ven­dique sans rou­gir, les dé­cep­tions ta­lonnent les bonnes sur­prises.

« Je me sou­viens de cet homme qui di­sait faire 1,75 m. En fait, il me­su­rait 1,65 m, il était be­don­nant… et il pos­tillon­nait ! » Quand les deux « col­lec­tion­neurs » se mettent à dis­cu­ter, ils l’ad­mettent, l’échange, « fluide » , « sym­pa­thique » , n’est ja­mais qu’un nu­mé­ro de plus sur « leur liste » . « Ça cor­res­pond à notre so­cié­té de consom­ma­tion. Je consom­mais des re­la­tions amou­reuses, et la sui­vante m’ai­dait à oublier la pré­cé­dente » , ex­plique Fa­doua qui se dé­cide à quit­ter Ajac­cio pour rendre vi­site à Her­vé à Pa­ris, sans es­pé­rer le prince char­mant.

« C’était ex­plo­sif, on a pas­sé notre temps à dis­cu­ter, à rire » , se sou­vient Her­vé le re­gard pé­tillant. « A par­tir de là, on ou­blie In­ter­net et on re­com­mence de zé­ro, les sites c’était juste un sup­port » , pour­sui­til. Les amou­reux désac­tivent sur- le­champ leurs dif­fé­rents pro­fils de cé­li­ba­taires, achètent une mai­son en Seine- et- Marne. Cha­cun dé­jà parle d’un en­fant, ils en­vi­sagent d’agran­dir leur fa­mille. « C’est ma maî­tresse, ma femme, mon amie, mon âme soeur » , s’em­balle Her­vé avec un ly­risme à faire sou­rire les vieux couples. « J’au­rais pu er­rer pen­dant cin­quante ans dans les rues de Pa­ris, je ne l’au­rais ja­mais ren­con­trée. »

( LP/ Ar­naud Jour­nois.)

Pa­ris, hier. Fa­doua et Her­vé se sont trou­vés sur At­trac­tive World et préparent leur ma­riage pour le mois de juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.