En Al­sace, le FN pros­père loin des villes

Le Parisien (Paris) - - Spécial Municipales - V. H.

Vingt- deux pour cent. C’est le score réa­li­sé en 2012 par le Front na­tio­nal en Al­sace pour la pré­si­den­tielle. Ma­rine Le Pen est ain­si ar­ri­vée en deuxième po­si­tion, loin der­rière Ni­co­las Sar­ko­zy ( 33 %), mais de­vant Fran­çois Hollande ( 19,9 %). Elle re­noue avec les scores de son père en 1988, 2002 et 2007, qui à chaque fois a ras­sem­blé en moyenne 20 % des suf­frages. La ré­gion est un ter­reau fer­tile pour le Front na­tio­nal. En par­ti­cu­lier dans les pe­tits vil­lages à l’écart des grandes villes. C’est d’ailleurs dans le can­ton de la Sarre- Bos­sue, à 80 km de Stras­bourg, que le Front réa­lise ses meilleures per­for­mances ( 31,38 % des voix). Eloi­gnés des centres ur­bains, les ha­bi­tants res­sentent la crise in­dus­trielle et su­bissent le ma­laise ru­ral et les in­quié­tudes des pé­ri­ur­bains. Un cock­tail dé­ton­nant par­ti­cu­liè­re­ment fa­vo­rable au par­ti le­pé­niste. A Stras­bourg en re­vanche, Ma­rine Le Pen est très net­te­ment à la peine. En 2012, elle n’avait ras­sem­blé que 5,16 % des élec­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.