Le­nou­veau­jeu­qui­fait­boire

SurFa­ce­book, des­jeu­nes­se­pous­sen­tà­con­som­mer­de­gran­des­quan­ti­tésd’al­cool. Les­mé­de­cins, conster­nés, aler­tent­sur la dan­ge­ro­si­té­de­ces­com­por­te­ments.

Le Parisien (Paris) - - Société - HÉ­LÈNE HAUS

Seul face ca­mé­ra, un jeune âgé d’à peine 20 ans rem­plit trois grands verres d’al­cool. « Le prin­cipe est simple, ça va être trois cul sec de Ricard, tel un bon Su­diste comme on n’en fait plus! » lance- t- il avant de boire les deux pre­miers d’un trait. « Le troi­sième est tou­jours plus com­pli­qué » , gri­mace le jeune homme, en ajou­tant : « Je vais pro­po­ser à Ales­san­dro, Pie­ro, Ni­co­las et Théo d’éga­ler ce dé­fi ou de faire mieux si pos­sible. Al­lez bonne soirée ! » Voi­là une des vi­déos que l’on peut voir sur la nou­velle page Nek­no­mi­na­tion France, créée di­manche sur Fa­ce­book. Der­rière Nek­no­mi­na­tion, il y a les ex­pres­sions an­glo­phones « neck your drink » ( boire son verre cul sec) et « no­mi­na­tion » qui ren­voie ici au fait de dé­si­gner quel­qu’un.

On re­çoit des di­zaines de vi­déos par jour”

Pierre et Jé­ré­my, créa­teurs de la page Nek­no­mi­na­tion- France

Ce jeu in­quié­tant, qui s’est ré­pan­du à vi­tesse grand V ses der­nières se­maines sur Fa­ce­book, You­Tube et Twit­ter, consiste à boire cul sec un ou plu­sieurs verres d’al­cool et à dé­fier ses amis d’en faire au­tant en moins de vingt- quatre heures. Le tout pos­té sur In­ter­net pour épa­ter la ga­le­rie. Un concept en­core plus in­quié­tant que le phé­no­mène dé­jà vieux du « binge drin­king » , qui consiste à boire 4 ou 5 verres en moins de deux heures. Dans Nek­no­mi­na­tion, ce ni­veau peut être at­teint en quelques mi­nutes.

En France, la page Fa­ce­book du jeu, lan­cée par deux jeunes de 17 et 19 ans a dé­jà re­cueilli près de 20 000 « j’aime » . « On re­çoit des di­zaines de vi­déos par jour. Au dé­but, on les met­tait toutes en ligne, mais main­te­nant, on fait le tri » , ra­conte ses deux créa­teurs, Pierre, 19 ans, et Jé­ré­my, 17 ans, qui ont sim­ple­ment écrit cet aver­tis­se­ment aux in­ter­nautes : « Vi­déos de per­sonnes ma­jeures in­gur­gi­tant une quan­ti­té d’al­cool ne nui­sant pas à la san­té, pour des rai­sons de pré­ser­va­tion de la page ! » « La plu­part des gens se contentent de boire un verre cul sec, après cer­tains en ra­joutent… Mais c’est leur pro­blème » , es­timent les deux étu­diants en hô­tel­le­rie, ori­gi­naires de Cha­ren­teMa­ri­time.

Si les jeunes Fran­çais se contentent pour l’ins­tant de boire de l’al­cool, leurs cou­sins an­glo- saxons vont plus loin en réa­li­sant leurs défis en condui­sant ou en sau­tant par les fe­nêtres…

En Grande- Bre­tagne et en Ir­lande, au moins trois jeunes sont dé­cé­dés après avoir joué à Nek­no­mi­na­tion. Le der­nier, Isaac Ri­chard­son, est mort sa­me­di dans un hô­pi­tal de la ban­lieue de Londres. Il avait bu 1,5 litre d’al­cool mé­lan­geant une bou­teille de vin, de la vod­ka, de la bière et du whis­ky. Il n’avait que 20 ans.

Sur Fa­ce­book, la page fran­çaise de ce dé­fi dan­ge­reux a re­cueilli 20 000 « J’aime » de­puis di­manche et de nom­breuses par­ti­ci­pa­tions comme celles- ci. Ve­nu d’Aus­tra­lie, le phé­no­mène a dé­jà fait plu­sieurs vic­times en Grande- Bre­tagne et en Ir­lande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.