Un­si­te­pour « adultes » dans­la­cléUSB­de­sé­lè­ves­deCE2

Le Parisien (Paris) - - Société - GAËL LOM­BART

En se voyant re­mettre des clés USB pour leurs en­fants, les pa­rents d’élèves de CE2 de Be­san­çon ( Doubs) s’at­ten­daient à y trou­ver des in­for­ma­tions lu­do- édu­ca­tives. Mau­vaise sur­prise… Aux cô­tés des pro­grammes pé­da­go­giques pro­mis fi­gu­raient deux liens in­adap­tés aux en­fants : l’un ren­voie vers un jeu de guerre ul­tra­violent, l’autre vers un site por­no­gra­phique.

Cho­qués, des pa­rents alertent le week- end der­nier la mu­ni­ci­pa­li­té de Be­san­çon, qui se fend d’une lettre à 6 000 fa­milles, mar­di. « Sin­cè­re­ment dé­so­lés de cette si­tua­tion » , les ser­vices de la ville leur de­mandent de rap- por­ter les clés USB en leur pos­ses­sion, « pour pro­cé­der à leur rem­pla­ce­ment » , y com­pris celles dis­tri­buées les an­nées pré­cé­dentes, pré­cise la mai­rie. Pour­quoi ?

nDes liens vers des noms de do­maine ra­che­tés de­puis

« Chaque an­née de­puis 2002, on donne une clé USB dans la­quelle il y a une quan­ti­té im­pres­sion­nante de lo­gi­ciels lu­do- édu­ca­tifs ain­si que quelques liens sur les­quels les élèves peuvent cli­quer pour al­ler vers des sites de jeux » , ra­conte le di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices de la ville, Pa­trick Ayache. Mais « cette an­née, les noms de do­maines de deux de ces sites ont été ra­che­tés, de fa­çon lé­gale, par des so­cié­tés peu scru­pu­leuses qui les uti­lisent pour la pro­mo­tion de sites pour adultes » , ex­plique- t- il. Ré­sul­tat : les liens, qui ren­voyaient au­pa­ra­vant vers des sites ac­cueillant du conte­nu des­ti­né aux en­fants, contiennent dé­sor­mais un autre bien moins re­com­man­dable. Au­cun conte­nu ten­dan­cieux n’est vi­sible di­rec­te­ment sur la clé USB, tient à pré­ci­ser la mu­ni­ci­pa­li­té de Be­san­çon, qui dé­nonce un « dé­tour­ne­ment lé­gal, per­vers et in­ad­mis­sible » et n’ex­clut pas des pour­suites. La mai­rie et la com­mu­nau­té d’ag­glo- mé­ra­tion, qui pi­lote l’opé­ra­tion, se­raient donc hors de cause. Pa­trick Ayache as­sure d’ailleurs que les liens ont été vé­ri­fiés avant que les clés par­viennent aux élèves. Il es­time que peu d’éco­liers sont sus­cep­tibles d’avoir été ex­po­sés aux images cho­quantes, le contrôle pa­ren­tal étant ac­ti­vé sur les or­di­na­teurs four­nis dans le cadre de l’opé­ra­tion.

Cette mésa­ven­ture en rap­pelle une autre : en jan­vier 2013, un pas­sage de film por­no­gra­phique avait été dif­fu­sé par er­reur dans l’école ma­ter­nelle des Au­thieux- sur- le- Port- Saint- Ouen ( Seine- Maritime).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.