« J’of­fre­ce­titre àma­pe­ti­tea­mie »

MartinFourcade, dou­ble­cham­pio­no­lym­pique2014

Le Parisien (Paris) - - Jeux olympiques D'hiver - LAURA Pro­pos re­cueillis PAR D. C.

A ma pe­tite amie. C’était son an­ni­ver­saire au­jourd’hui ( hier), je suis content de lui of­frir ce titre. Ça t ombe bien, j e n’avais pas eu le temps de lui faire un ca­deau avant de par­tir. Et en plus, c’est la SaintVa­len­tin de­main ( au­jourd’hui). Quelle sa­veur a ce se­cond titre par rap­port au pre­mier ? Les sen­ti­ments ne sont pas les mêmes. Pour mon pre­mier titre, j’étais sur le re­gistre de la ré­ac­tion, c’était de l’or­gueil et beau­coup de fier­té. J’avais be­soin de ta­per du poing sur la table. Là, c’est plus dans la maî­trise, je sa­vais ce que j’avais à faire. J’étais se­rein. Vous n’avez pas dou­té ? Je pense avoir bien gé­ré ma course, je suis par­ti vite parce que je vou­lais en­core être en confiance en re­gar­dant le ta­bleau d’af­fi­chage. Après,

Il com­mence à prendre ses ha­bi­tudes. Mar­tin Four­cade est ar­ri­vé dé­con­trac­té face aux mé­dias du monde en­tier, pro­fi­tant de son mer­veilleux dou­blé en or. A qui avez- vous pen­sé en fran­chis­sant la ligne d’ar­ri­vée ? MAR­TIN FOUR­CADE. j’ai po­sé mon ski et mon tir pour être en­core dans la ba­garre pour le titre. Dans le der­nier tour, quand j’ai vu que ça pou­vait de­ve­nir quelque chose de beau, j’ai pas­sé la 8e car, main­te­nant, il y a huit vi­tesses sur les voi­tures. Trois jours après votre pre­mier sacre, aviez- vous suf­fi­sam­ment de res­sources ? Je suis chan­ceux d’avoir eu deux jours de re­pos. Cou­rir le len­de­main de la cé­ré­mo­nie des mé­dailles au­rait été beau­coup plus dur. J’ai eu la jour­née de re­mise pour dé­com­pres­ser et en pro­fi­ter. C’était un sas de dé­com­pres­sion idéal pour être de nou­veau dans une dy­na­mique de com­pé­ti­tion. Et vous avez failli tom­ber pen­dant la course…

Je ne suis pas pas­sé loin de la chute”

Je suis content : j’ai fait une Bode Miller… ( NDLR : skieur amé­ri­cain qui a une ré­pu­ta­tion d’acro­bate). Le but du jeu, c’est de res­ter de­bout. Je ne suis pas pas­sé loin de la chute, il ne faut pas se men­tir. Je n’ai pas un ski aca­dé­mique dans les des­centes. Je me suis fait un peu peur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.