Thi­riez­fa­ceà­la­fronde de­sept­pré­si­dents

Plu­sieurs­clubs, dont­lePSGet l’OM, dé­non­centl’ac­cor­dentre laLi­gueetMo­na­co

Le Parisien (Paris) - - Sports - RO­NAN FOLGOAS

Le 23 jan­vier, le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Ligue a va­li­dé un ar­ran­ge­ment fi­nan­cier à hau­teur de 50 M€ avec l’AS Monaco pour ré­gler le li­tige qui les op­po­sait de­puis des mois. En échange de cette somme ré­glable en deux ans, le club de la prin­ci­pau­té a ac­quis le droit de conser­ver de ma­nière dé­fi­ni­tive ses avan­tages fis­caux. Mais cet ac­cord ne plaît pas à tout le monde. Dans le sillage de Jean- Fran­çois For­tin, pré­sident du stade Mal­herbe de Caen, six autres clubs de L 1 ( PSG, OM, Bor­deaux, Lille, Mont­pel­lier, Lo­rient) montent au cré­neau pour faire an­nu­ler ce deal entre la LFP et l’ASM.

re­proches adres­sés à Fré­dé­ric Thi­riez. Cha­cun des sept di­ri­geants im­pli­qués dans le mou­ve­ment de contes­ta­tion, dont Nas­ser al- Khe­lai­fi pour le compte du PSG, a adres­sé une lettre au pré­sident de la LFP, Fré­dé­ric Thi­riez. Dans leurs mis­sives, da­tées du 12 fé­vrier et dont « le Pa­ri­sien » - « Au­jourd’hui en France » a pris connais­sance, un pro­blème de droit très tech­nique est sou­le­vé. « Notre prin­ci­pal chef d’ac­cu­sa­tion, c’est l’abus de pou­voir dont a fait preuve le pré­sident de la Ligue dans cette af­faire, ré­sume l’un des pré­si­dents contes­ta­taires. En­suite, nous lui re­pro­chons de ne pas avoir com­mu­ni­qué, avant le vote, le texte pré-

nLes

ci­sant toutes les don­nées de l’ac­cord conclu avec l’AS Monaco. » Con­crè­te­ment, le « clan des 7 » envisage dé­sor­mais de sai­sir le Con­seil d’Etat dans le cadre d’un re­cours en an­nu­la­tion. Ob­jec­tif : an­nu­ler le dé­li­bé­ré du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du 23 jan­vier.

contre- at­taque du pré­sident de la LFP. Dans un cour­rier da­té d’hier, adres­sé à tous les pré­si­dents de L 1 et de L 2, Fré­dé­ric Thi­riez dé­nonce les in­ten­tions mer­can­tiles de ses op­po­sants. « Que les contes­ta­taires consi­dèrent que le mon­tant de 50 M€ ver­sé par l’AS Monaco est in­suf­fi­sant,

nLa

c’est leur droit, écrit- il. Mais la ma­jo­ri­té a tran­ché. En réa­li­té, ce qu’ils veulent, en se­mant le désordre et la confu­sion, c’est faire pres­sion avant la dis­cus­sion sur la ré­par­ti­tion des fonds ver­sés par Monaco, afin d’être fa­vo­ri­sés au dé­tri­ment des autres clubs. » ( Voir ci- des­sus.) Der­rière la vé­hé­mence des pro­pos, il y a peu­têtre un fond de vé­ri­té…

sont les mo­ti­va­tions des contes­ta­taires ? « La me­nace d’une ac­tion conten­tieuse n’est qu’un coup de bluff » , es­time un pré­sident qui a vo­té pour l’ac­cord. Of­fi­ciel­le­ment, les contes­ta­taires cherchent pour­tant une so­lu­tion « sou­cieuse des in­té­rêts de l’en­semble des ac­teurs et de l’équi­té spor­tive » . Un peu plus con­crè­te­ment, cer­tains, comme Jean- Louis Triaud, pré­sident de Gi­ron­dins de Bor­deaux, n’hé­sitent pas à par­ler du deal LFP- ASM comme d’un ca­deau offert au pré­sident Ry­bo­lov­lev. « L’ASM éco­no­mise chaque an­née en­vi­ron 50 M€ sur sa masse sa­la­riale grâce à ses di­vers avan­tages fis­caux » , pré­cise- t- il. Quant au PSG, il sem­ble­rait que leur pré­sence dans le camp des contes­ta­taires soit liée à la ri­va­li­té éco­no­mique et spor­tive avec l’ASM. « Tout ce qui va à l’en­contre de Monaco est bon pour le PSG » , ré­sume un ob­ser­va­teur.

nQuelles

( LP/ Jean- Bap­tiste Quen­tin.)

Fré­dé­ric Thi­riez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.