Aux Vic­toires, les ar­tistes se sentent peu concer­nés

Le Parisien (Paris) - - Loisirs et Spectacles - ÉRIC BU­REAU

Quo­ta, ke­za­ko ? S’il y a bien un en­droit où l’on ne se po­sait pas la ques­tion hier, c’est au… Zé­nith de Pa­ris, lors des ré­pé­ti­tions des 29 Vic­toires de la mu­sique, où la plu­part des trente nom­més cette an­née s’ex­priment pour­tant en fran­çais. Soit les ar­tistes étaient fo­ca­li­sés sur leur pres­ta­tion, comme Etienne Da­ho, Va­nes­sa Pa­ra­dis ou Ben­ja­min Bio­lay. Soit ils étaient même à peine au cou­rant de la ba­taille qui op­pose leurs mai­sons de disques aux ra­dios.

Je ne pense pas que la chan­son fran­co­phone soit me­na­cée en France”

Sal­va­tore Ada­mo, chan­teur

Sal­va­tore Ada­mo, qui re­ce­vra ce soir une Vic­toire d’hon­neur pour ses cin­quante ans de car­rière, avoue qu’il ne dé­fi­le­ra pas pour dé­fendre des quo­tas. « Au Qué­bec, ils en ont parce que les Amé­ri­cains les me­nacent vrai­ment, mais je ne pense pas que la chan­son fran­co­phone soit me­na­cée en France, argue le chan­teur belge. D’ailleurs, en tant qu’au­di­teur, je me suis tou­jours nour­ri de chan­son an­glo­saxonne et ita­lienne. »

Nom­mé dans la ca­té­go­rie Album de chan­sons, Ju­lien Do­ré, qui chan­te­ra ce soir avec Ada­mo « Laisse mes mains sur tes hanches » et en so­lo « Pa­ris- Sey­chelles » , trouve le mot quo­ta « un peu ef­frayant » . « Je ne pense pas que les ar­tistes se posent la ques­tion, ni en studio ni avec leurs mai­sons de disques, avoue- t- il. Evi­dem­ment, je suis ra­vi de pas­ser en ra­dio, mais au­jourd’hui, la mu­sique se dé­place sur de nom­breux mé­dias : té­lé­phone, ta­blette, té­lé­vi­sion, In­ter­net… Je ne crois pas qu’il y ait de pro­blème de di­ver­si­té. »

Les jeunes mu­si­ciens du groupe la Femme, l’une des ré­vé­la­tions de l’an­née avec l’album « Psy­cho tro­pi­cal Ber­lin » , pensent eux aus­si qu’ « il faut lais­ser faire les choses na­tu­rel­le­ment » . « Il y a dé­jà trop de res­tric­tions dans le monde de la mu­sique, es­timent Sa­cha et Nuñez. On a beau chan­ter en fran­çais, les grosses ra­dios ont re­fu­sé nos chan­sons car ils les ju­geaient pas au for­mat, trop longues, trop bi­naires… Alors on a plu­tôt ten­dance à en­cou­ra­ger les gens à cher­cher la mu­sique par­tout où elle est et à se for­ger leur propre goût. »

( LP/ Jean- Bap­tiste Quen­tin.)

Zé­nith de Pa­ris ( XIXe), hier soir. Ju­lien Do­ré et Sal­va­tore Ada­mo chan­te­ront ce soir en duo « Laisse mes mains sur tes hanches » sur France 2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.