« J’at­ten­dais ça de­puis trop long­temps »

So­chaux - Guin­gamp Yo­hann Pe­lé, gar­dien de but so­cha­lien

Le Parisien (Paris) - - Sports - Pro­pos re­cueillis par VINCENT PIA­LAT

La fin d’un long tun­nel : plus de trois ans après son der­nier match, le 22 sep­tembre 2010 avec Tou­louse à Bou­logne-surMer, Yo­hann Pe­lé a re­trou­vé la com­pé­ti­tion. Le week-end der­nier, lors d’un dé­pla­ce­ment à Lille (2-0), il a gar­dé les cages de son nou­veau club, So­chaux, où il a si­gné fin jan­vier un contrat de deux ans et de­mi.

L’an­cien grand es­poir du foot fran­çais, vic­time d’une em­bo­lie pul­mo­naire en oc­tobre 2010, ra­conte ici sa longue ab­sence et son re­tour sur les ter­rains. Comment avez-vous vé­cu ce match avec So­chaux, votre pre­mier de­puis plus de trois ans ? YO­HANN PE­LÉ. Ce n’est que du plai­sir ! De­puis plus d’un an, je m’en­traîne avec des clubs, mais rien ne rem­place la com­pé­ti­tion. Ce qui me man­quait le plus, c’était de jouer le week-end. Tra­vailler la se­maine en sa­chant que je vais pou­voir pos­tu­ler à une place le week-end, ça change tout. Vous at­ten­diez-vous à jouer aus­si vite ? Sin­cè­re­ment, non. Avec le coach (NDLR : Her­vé Re­nard), nous avons dis­cu­té. Il vou­lait voir dans quel état d’es­prit j’étais. On s’est lais­sé quelques jours de ré­flexion, mais il n’y avait rien qui s’op­po­sait à ce que je re­prenne la com­pé­ti­tion ra­pi­de­ment. J’at­ten­dais ça de­puis trop long­temps. Je me suis dit : « Vas-y, fonce ! » Comment avez-vous vé­cu ces trois ans loin des ter­rains ? Ça n’a pas été évident. Je n’ai qua­si­ment pas re­gar­dé de match. Quand tout s’ar­rête comme ça, sans l’avoir dé­ci­dé ni pré­pa­ré, c’est un monde qui s’écroule. Mais m’en­traî­ner avec des clubs pros m’a fait un bien fou, car ça m’a per­mis de me rendre compte que j’avais tou­jours l e ni­veau. Je n’ai ja mais pen­sé à autre chose que de re­prendre. Ce n’était pas évident pour So­chaux de faire confiance à un gar­dien qui n’avait pas joué de­puis trois ans, et pour ça je veux les re­mer­cier et leur rendre cette confiance qu’ils m’ont té­moi­gnée. Je suis comme un j oueur tout neuf. A 31 ans, vous avez dû re­faire vos preuves… J’ai trou­vé nor­mal que les gens aient des in­ter­ro­ga­tions à mon su­jet. Mais, à chaque es­sai dans un club, j’y al­lais avec l’in­ten­tion de mon­trer que je n’avais rien per­du de mes qua­li­tés. Pa­reil, quant à

Je suis comme un joueur tout neuf”

ma san­té. A So­chaux, j’ai re­fait de nom­breux exa­mens, qui ont ras­su­ré tout le monde. Tout était po­si­tif. Je ne suis pas fou, je ne vais pas mettre en pé­ril ma vie pour du foot. Quels sont vos ob­jec­tifs dé­sor­mais ? Je veux jouer le plus long­temps pos­sible, le maxi­mum de matchs ! Pour ce­la, je vais de­voir réa­li­ser de bonnes per­for­mances, et ai­der So­chaux à se sauver, car même si ce se­ra dif­fi­cile, ce n’est pas ir­réa­li­sable. On est plu­sieurs nou­veaux à être là pour ap­por­ter de la fraî­cheur, un nouvel état d’es­prit. Ce soir à 20 heures, au stade Bo­nal (So­chaux). Ar­bitre : M. Kalt. So­chaux : Pe­lé - Faus­su­rier, Car­lao, Sunzu, Ma­range - Contout, Sin­ka­la, Pr­cic, Rou­det (cap) - Ba­kam­bu, J. Ayew. En­tr. : Re­nard. Guin­gamp : Ndy As­sembe - Mar­tins Pe­rei­ra, Ker­brat, Sor­bon, Dos San­tos - Atik, Ma­this (cap), San­kha­ré, Gi­resse - Alioui, Mu. Ya­ta­ba­ré. En­tr. : Gour­ven­nec.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.