Li­ber­té ché­rie

Arte, 20 h 50. La sta­tue de la baie de New York fait l’ob­jet d’un documentaire pas­sion­nant.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Et Médias - CAR­LOT­TA HA­KI­KI

Elle est l’in­car­na­tion du rêve d’une vie meilleure. Construite en 1886, la sta­tue de la Li­ber­té est au coeur d’un documentaire, ce soir sur Arte, à 20 h 50 avec images d’ar­chives, témoignages d’ex­perts et scènes de fic­tion pour tout sa­voir sur cette lé­gende de 46 m et 225 t. n Pas Ini­tia­le­ment, elle doit de­ve­nir un phare à l’en­trée du ca­nal de Suez, en pleine construc­tion. C’est l’idée que sou­met, en 1869, le sculp­teur fran­çais Au­guste Bar­thol­di au khé­dive Is­maïl Pa­cha, celle d’une femme bran­dis­sant une lanterne. Un sym­bole fé­mi­nin in­ap­pro­prié pour le pa­cha à l’époque. n Une Réa­li­sée avec 300 feuilles de cuivre d’un mètre sur trois, Li­ber­té né­ces­si­tait une struc­ture in­terne so­lide pour ne pas s’ef­fon­drer. L’ingénieur Gus­tave Eif­fel pro­pose alors un sque­lette flexible qui ré­siste à la force des vents, souf­flant jus­qu’à 80 km/h dans la baie de New York. Ain­si, la dame est ca­pable de va­ciller de 8 cm, voire de 12,5, pour le flam­beau, sans cé­der. nA La sta­tue doit coû­ter 250 000 $, soit 10 M€ d’au­jourd’hui. La moi­tié est payée par les Fran­çais, l’autre, corres-

de femme à Suez

résistante

votre bon coeur !

pon­dant au prix du pié­des­tal, doit être prise en charge par les Amé­ri­cains. Mais face à la dif­fi­cul­té de ras­sem­bler les fonds cô­té Etats-Unis, Jo­seph Pu­lit­zer, pa­tron du jour­nal « New York World », se sert de l’au­ra de son quo­ti­dien pour lan­cer un ap­pel à con­tri­bu­tion. En contre­par­tie, les noms des do­na­teurs sont pu­bliés en une. n Que La torche illu­mine le monde contre l’obs­cu­ran­tisme des ter­reurs. Les sept rayons de la cou­ronne re­pré­sentent les sept conti­nents (Amé­rique du Nord, Amé­rique du Sud, An­tarc­tique, Eu­rope, Asie, Afrique, Océa­nie). Les chaînes bri­sées aux pieds de la sta­tue sym­bo­lisent la fin de l’es­cla­vage. La ta­blette re­pré­sente la jus­tice. On y lit des­sus la date de l’in­dé­pen­dance amé­ri­caine en chiffres ro­mains, le 4 juillet 1776.

de sym­boles

n Char­lotte Cer­tains pensent que son visage est ce­lui de la mère d’Au­guste Bar­thol­di, Char­lotte. D’autres y voient son épouse, Jeanne Ba­heux de Puy­sieux, ou en­core une femme in­con­nue de la Com­mune de Pa­ris. Bar­thol­di, lui, n’a ja­mais dé­voi­lé l’iden­ti­té de sa muse.

ou Jeanne ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.